Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Heure-Bleue
  • Heure-Bleue
  • : Je ne suis qu'une trace, comme le sillage d'un parfum...
  • Contact

Recherche

Archives

12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 10:20

 

Pour aller chez les enfants, on peut prendre le train, ou des bus, l'Homme préfère le bus, plus facile.
Hier, nous avons pris le bus à la Porte Champerret, c'est encore le 17ème arrondissement, c'est fleuri, c'est calme et ombragé, direction Neuilly. Dans ce bus, que des jeunes filles blondes aux yeux clairs, pas de portable qui sonne, des usagers parfaits, la traversée de Neuilly, son calme, sa verdure, ses immeubles huppés, quelques maisons imposantes, on aperçoit la Défense au loin, on a droit à quelques cadres dynamiques (les cadres sont toujours dynamiques), le conducteur est si peu stressé qu'il a eu la bonté de nous arrêter, comme un taxi, devant l'immeuble des enfants.

 

Au retour, je suis montée dans le premier bus qui allait sur Paris.
Direction "Porte de Clignancourt", on change de monde, le bus est plein, les portables sonnent, la musique "gueule", ça reste bon enfant, beaucoup de femmes noires, fatiguées, elles reviennent du travail, on traverse des banlieues grises (quand il fait mauvais, il fait plus mauvais à Saint-Ouen qu'à Neuilly), Gennevilliers et ses cités, ses commerces fermés, pas un seul cadre dynamique à l'horizon, on arrive dans le 9-3, juste avant Saint Ouen et ses Puces sinistrées, de vagues usines qui rejettent des fumées, des ferrailleurs.
Zola en 2010...

 

Deux mondes qui ne se rencontrent jamais sauf par le travail des femmes noires, elles gardent les enfants des habitants de Neuilly, font le ménage, sont "aide-ménagère" et sont toujours traitées comme des esclaves, et comme les Politiques ont peur de la révolte des "gens de peu", on les diabolise.

 

Ce sont les bourgeois qui font les révolutions, les autres sont trop occupés à survivre...

Partager cet article

Repost 0
Published by heure-bleue
commenter cet article

commentaires

Thygo 22/05/2010 18:45



Très beau billet.



Angèle 15/05/2010 10:55



Ta conclusion est exactement celle que mon mari a faite dans sa dernière planche sur le "droit à la rébellion" inscrite dans "la déclaration des droits de l'homme de 1793". Ce sont toujours les
nantis qui font bouger les choses réellement. Ils ont l'estomac plein et ont le temps de penser à autre chose qu'à trouver de quoi se sustenter.



Madame X 14/05/2010 14:23



hé oui les banlieues ouest...ça fait comme moi quand je vais à Mais Laff...elle est énorme la différence...ça fou le bourdon, grave!!!



Baby la malice 13/05/2010 19:52



Du blond du noir du gris les quartiers de Paris sont bien distincts, l'esclavage moderne est bien là...



saperli 13/05/2010 00:29



et ces pauvres gens que tu nous décris si bien vont être les premières victimes de l'austérité imposée par la solidarité entre pays de l'union européenne : fini, les bonus aux minima sociaux pour
Noël ou les fameuses "primes à la cuve" pour la hausse du fuel !



tajmahal17 12/05/2010 23:53



Françoise, mon comm. était ironique. Il faut comprendre l'humour.



Oxygene 12/05/2010 22:22



C'est tristement vrai ce que tu dis : "Quand il fait mauvais, il fait plus mauvais à St Ouen qu'à Neuilly..."


Cela résume bien ce que tu écris...



Comme-Ci Comme-Cat 12/05/2010 20:13



Tout à fait d'accord avec toi ! et tu l'as si bien dit !!!!!!!!!



Brigitte 12/05/2010 18:47



Quand je suis allée chez mon fils qui habite maintenant dans le 19 ieme , j'ai été comme d'habitude aimable avec les jeunes noirs qui tenaient les murs devant l'épicerie africaine , le chien de
ma fille a fait aussi des amabilités , je n'ai pas d'à prioris , on me rend ce que je donne , un sourire , une ouverture de porte . Chez moi , la seule famille magrébine habitant à coté est
partie , on reste qu'avec des yeux bleus , mes enfants cotoyent toutes les races et c'est tant mieux



mab 12/05/2010 17:23



Tant que le bus du retour reste bon enfant ça va.



ciboulette100 12/05/2010 16:20



Regardons-nous les yeux dans les yeux : si nous habitions à Neuilly, souhaiterions-nous VRAIMENT voir NOTRE monde "envahi" par des gens qui ne nous ressemblent pas ? Il y a toujours eu des
ghettos sociaux, sauf qu'avant, il existait une classe moyenne qui servait de passerelle aux deux... Ce trait d'union a quasiment disparu et on en arrive à une société à deux vitesse, les nantis
et les autres. Je ne vois pas ce qui pourrait faire changer les choses.



patriarch 12/05/2010 13:53



Une analyse concrète de notre société. Mais vois tu, chez nous, c'est un quartier dit sensible parce que les 2/3 des habitants sont des ouvriers, il n'y a plus de cadres comme à son début, et le
chômage fleurit de plus en plus, y compris pour les diplômés aux noms étranges, difficile à prononcer.


A coté de ça, nous sommes un des quartiers de la ville, qui a le plus de verdure et d'arbres, même la rue devant chez moi, à 2 fois 2 voies et avec de chaque coté une contre allée parking de
chaque côté, à sur toute sa longueur un terre-plein fleuri et ombragé de même que nos contres-allées une rangée d'arbres de chaque côté; donc 5 rangées d'arbres sur la longueur de l'avenue.


Belle journée chez vous;



Boutoucoat 12/05/2010 12:30



Je n' ai pas compris....tu n' as pas fait le même trajet à l' aller et au retour ?


Si un jour je retourne à Paris, faudrait que je prenne le bus pour faire ces quartiers si différents et ainsi mieux comprendre la vie qui est difficile en banlieue . Car ici, nous sommes loin de
tout celà ... 



le-gout-des-autres 12/05/2010 11:46



Les jeunes cadres sont toujours dynamiques jusqu'au moment où ils deviennent de vieux tableaux...



maevina 12/05/2010 11:28



Sur de petits espaces Paris offre des différences notoires à l'image du monde



MADmoiselle 12/05/2010 11:25



On est loin des belles utopies...



Françoise 12/05/2010 11:18



Ah non Tajmahal je m'insurge, ce n'est pas ça la vie ! Si nous l'acceptons où allons nous ?


Heure-Bleue, joli billet, belle observation des différences. Oui, elles existent partout... dans le monde aussi. Quelle différence y a t il entre Paris et Bamako ?  


Certains prennent l'avion, d'autres le train ou leur voiture et d'autres font du stop... et beaucoup restent chez eux.  Que pouvons nous faire, changer ? 


Nos mentalités, notre regard... sourire à l'un ou l'autre. Nous sommes tous des humains de passage !


Qe la voie de notre vie soit royale ou misérable, au bout du chemin nous avons tous rendez vous avec la même personne....  Nous ne pouvons pas changer le monde, mais un sourire, un petit
geste, se comprendre, s'entendre, quelles que soient nos "belles différences" ce serait déjà pas si mal ! 



tajmahal17 12/05/2010 10:57



Et parfois, ces femmes qui font le ménage ou/et gardent les enfants de riches, n'ont même pas à se loger. Tu ne veux tout de même pas que le communisme revienne, "tous au même niveau" enfin c'est
ce vieux mouvement qui voulait nous le faire croire. On ne peut pas changer les mentalités. Il faut des riches pour faire travailler les pauvres et tout cela saupoudré d'un peu (ou beaucoup) de
racisme. C'est cela la vie.