Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Heure-Bleue
  • Heure-Bleue
  • : Je ne suis qu'une trace, comme le sillage d'un parfum...
  • Contact

Recherche

Archives

13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 09:16

Printemps.jpg
Hier, j'avais rendez vous avec une blogueuse à Paris sauf que je n'avais pas de train.
Enfin j'exagère, j'avais un train toutes les heures...

En plus, cette cochonnerie de virus appelé "symptôme grippal" par mon médecin, lançait une nouvelle offensive.
Un petit 38°8 le soir et une petite forme le matin.

Je traîne cette  cochonnerie depuis la dernière visite de la Tornade.
Le Goût, par solidarité, tousse aussi mais il jubile, pour l'instant, il échappe au néphrotest.
La crève et les mesures ne font pas bon ménage.

Ce matin, je n'entends toujours pas les trains mais ne vous méprenez pas, je soutiens cette grève  et j'en espère même d'autres.
Ça fait trop longtemps qu'on se laisse tondre la laine sur le dos !

Je me souviens des grèves de mon enfance.
Le métro ? C'était grilles fermées.
L'électricité ? Coupée .
Même la nuit tombée.
L'usager ne se sentait pas "pris en otage", il faisait avec et il profitait  des avancées sociales obtenues.

Ce que je trouve le plus drôle, c'est que le Français se réveille avec un Président "socialiste" qui ne satisfait que 15% des Français.
Un record du genre mais qui ne profite pas à l'UMP qui chute.
Les maisons cachées de certaines, les comptes cachés de certains.
Les poches pleines de quelques uns et les poches vides de la  majorité ne nous poussent guère à apprécier la politique...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

dhelicat 15/06/2014 09:41


j'espère que tu vas mieux et que ce n'est que partie remise, plein de bises

manouedith 14/06/2014 09:40


en attendant tout ça, La Tornade aurait pu laisser sa cochonnerie à Elisabeth.


manouedith

maevina 14/06/2014 08:16


effectivement, tout est fait pour nous dégoûter de croire à l'efficacité de nos institutions, alors lorsque quelques uns se réveillent ça fait du bien même si ça fait iech !

mab 14/06/2014 06:53


Le français n'a plus assez de gnaque pour se rebiffer

Madila 14/06/2014 03:03


et en plus on nous ressort un Toubon pour nous defendre ! Autant se tirer tout de suite une balle ! 

emiliacelina 13/06/2014 20:41


J'espère que vous allez mieux. 


Je trouve que les grèves, bien que la majorité des gens s'en plaignent, ont moins d'impact (en résultats) que dans le temps! Peut-être parce-que, à l'époque elle étaient plus justifiées! Tout
était à faire!!!

Cicciotella 13/06/2014 20:15


Là où le langage est manipulé, on ne sait plus toujours ce qu'on veut ni où l'on est (http://www.acrimed.org/article1131.html).


J'espère que tu vas pouvoir le prendre, ce train... C'est un moyen de transport que j'aime bien, finalement.


Soigne-toi bien !

le-gout-des-autres 13/06/2014 15:46


Comment lutter ?


Mais en se rebiffant !


On est de moins en moins rétribué, que l’on soit à son compte ou salarié.
Tant qu’on n’ira pas chercher ce qu’on nous doit, personne ne nous le donnera.
On ne nous a jamais rien donné !
Il nous a toujours fallu prendre ce qu’on a obtenu.
Nous sommes devenus des pleutres qui n’osons plus rien.
Il y a quarante ans, si un type avait dit « venez faire un stage chez moi, vous ne serez pas payé, vous ne serez pas embauché à la fin du stage mais il faut que vous ayez trois à cinq ans
d’études après le bac pour venir bosser gratos ! »
Eh bien ce type là aurait été cloué sur la porte de sa boîte !


En 1980, quand le pays créait 10 € de richesses, l'actionnaire en prélevait
30 cents.
Aujourd'hui, quand le pays crée 10 € de richesse, l'actionnaire en prélève 1 €.
Et il se plaint.
Or, je ne sais pas si tu as remarqué, il y beaucoup moins d'actionnaires ou de rentiers pour se partager cet € qu'il n'y a de Français pour vivre sur les neuf  € qui restent...

Armelle 13/06/2014 14:35


D'accord pour les grèves d'autrefois mais vivions-nous de la même manière ? Non. Aujourd'hui, il y en a pour qui leur emploi tient à un fil et qui s'ils arrivent en retard au boulot pourraient se
voir souffler le CDI promis en fin de CDD (entendu hier par une jeune femme angoissée sur le quai de la Gare) Et puis, les avancées sociales, parlons-en. Les entreprises sont à bout de
souffle. Une journée de travail facturée, il y a encore 3 ans coûtait 330/350€ (je parle dans ma partie) en 2014, elle vaut 470/500 € pour cause de ponction fiscale et sociale, avec des
marchés de plus en plus difficiles à décrocher pour cause de concurrence déloyale avec des sous traitants venus de l'Est ou du Maghreb voir de certains pays de l'Europe qui ne déclarent pas
leurs main d'oeuvre et emploient pour certains des sans papiers. Comment lutter ?

moune 13/06/2014 11:23


Haaaaa ! Toi non plus tu ne te sens pas prise en otage ! Ouf ! C'est vrai quoi ! Les grèves avant étaientautrement dures et tres bien acceptées... mais c'était avant la pensée unique, et le
rabachage du discours du medef par les merdias....

le-gout-des-autres 13/06/2014 10:58


 


 



Gauchiste !!!