Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Heure-Bleue
  • Heure-Bleue
  • : Je ne suis qu'une trace, comme le sillage d'un parfum...
  • Contact

Recherche

Archives

31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 10:06

En 1975, j'habitais le Marais, la rue des Rosiers m'était familière, je ne la regardais pas plus que ça, je trouvais normal de m'habiller chez les grossistes de la rue du Temple.

 

La rue Rambuteau était une rue commerçante et si le quartier était gai, c'est parce que nous étions jeunes.

 

Le Centre Pompidou n'existait pas encore, et les bobos ne connaissaient pas le quartier.

 

L'hôtel Saint Aignan n'était pas devenu le MAHJ même si les juifs étaient nombreux dans le quartier malgré les efforts désespérés de certains pour les exterminer.

 

Hier, je suis allée au MAHJ avec une amie et bien sûr le Goût qui est toujours partant pour traîner dans son ancien quartier.
L'exposition de photos sur la rue des Rosiers était une plongée dans nos souvenirs, juifs ou pas, nous avions tous la même allure, les "pattes d'eph' " sévissaient encore.

Ensuite, nous y sommes allés, dans la rue des Rosiers.
Elle se ressemble malgré les touristes.
La boucherie casher oranaise de chez Norbert est toujours fidèle au poste et la patisserie nous faisait de l'oeil, nous n'avons pas acheté la "Hala",le pain de Shabbat mais un tas de petites choses délicieuses.

 

Vous étiez où en 1975 ?Rue-des-Rosiers-Les-bouchers-Alecio-de-Andrade-1975.jpg

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Saline 22/04/2014 17:14


J'habitai encore au 27 avant de déménager en 1978.


Mes meilleurs souvenirs sont liés à certaines bonnes odeurs et aux spécialités culinaires du quartier.


Celles venant de la boulangerie Finkelsztajn en sortant de l'immeuble : les gâteaux  au fromage, pavé aux graines de pavot, strudel, pain natté et à Pâques les macarons avec
une 1/2 cerise confite.


Juste en face les barriques dehors avec les gros cornichons à la russe et le saumon délicatement découpé par la vieille dame qui tenait le commerce.


A l'entrée de la rue, la parfumerie tenue par 2 frères ou cousins qui me donnait plein d'échantillons lorsque ma mère en achetait un.


En allant à l'école les odeurs de la charcuterie "A la ville de Rodez" puis à côté celles du pain cuit de la boulangerie et en face les "pavés du Marais" de la petite pâtisserie dans le recoin
avant de finir par les odeurs d'épices de chez "Izraël" rue François Miron.


Avec son folklore de l'époque c'est mes meilleurs souvenirs du quartier.

Oxygène 04/09/2013 21:30


En juillet 1975 je me suis mariée et je suis allée habiter à la Garenne-Colombes.... J'y ai vévu 1 an et demi avant de partir en Normandie.... 

Madila 02/09/2013 20:20


 En Bourgogne

Allye 02/09/2013 07:55


J'étais dans les jupes de ma mère, j'avais 4 ans

Rubynessa 02/09/2013 07:54


En 75 j'étais dans les jupes de ma mère, j'avais 8 ans..... 

Marie-Floraline 01/09/2013 13:58


... et pattes d'eph, pantalon Sym, shetland moulant, col roulé en nylon et tatanes d'Alby bien évidemment

Marie-Floraline 01/09/2013 13:56


En 1975, je trainais mes guêtres en fac de droit à la Varenne Saint-Hilaire (94 pour les non initiés ). Magnifique
année ! Plein de beaux garçons (surtout un  ). Je n'avais pas encore fait d'infidélité à Paris et demeurais chez
mes parents dans le 12ème (après avoir connu le 14ème et le 15ème et avant le 19ème et le 20ème ) et je me
baladais souvent rue de Rivoli (pas loin du quartier Bastille), jusqu'au BHV et la Samaritaine et dans le Maris, of course . Je m'apprêtais à renconter celui qui allait devenir mon époux (mais
ça, je ne le savais pas encore)... Bref, presque 40 années passées et je n'ai rien vu

Marie Bland 01/09/2013 12:06


75, 75... j'avais la vie d'une écolière de 9 ans, certainement en CE2, mon grand-père paternel est mort cette année là en décembre, ça je m'en souviens encore.

emiliacelina 01/09/2013 09:18


pfffff!!!!! Je devrai commencer à faire attention!  Ce matin je ne vois pas mon com de hier soir, alors je me dis: j'ai dû oublier de cliquer  sur publier , et ...je recommente et je
clique cette fois pour voir apparaître les 2 commentaires d'un coup! Ou j'avais mal vu (au réveil va savoir!) peut-être que les neurones de mon cerveau n'étaient pas réveillés eux!!!!  :)

emiliacelina 01/09/2013 09:09


hou là l !!! Tu me ramènes bien loin!! Mes fils avaient 12,9 et 8 ans et il y avait déjà trois ans que nous avions accueilli chez nous une petite nièce (du même âge que notre aîné) à la mort de
ma belle-soeur (le père, mon frère étant un bon à rien) nous l'avons élevée comme notre propre fille jusqu'à ses dix-hui ans et je ne m'étendrai pas sur l'après qui m'a coûté bien des larmes!
Mais, bon, nous ne regrettons pas de l'avoir fait, nos fils en ont gardé de la ranoeur mais pas trop nous! Nous avons refusé de recréer des liens après 25 ans de silence et sa tentative alors
qu'elle se trouvait dans des problèmes (conjugaux je crois)! Robert était déjà malade et les enfants pensaient que c'était à lui que nous devions penser d'abord : je les ai écouté!

berthoise 01/09/2013 08:14


En 75, j'étais au CES dans une petite ville à 40 km de Paris. Je faisais du sport, beaucoup de sport, des compétitions, des entraînements. Je vivais pour ça.

emiliacelina 31/08/2013 22:00


Tu remues les souvenirs,en 75 ? Mes fils avaient 12,9 et 8 ans et je venais de recueillir (en fait en 73) une nièce de 10ans au décès d'une de mes belles-soeurs. (le père: mon frère était un bon
à rien) Je l'ai élévée jusqu'à ses 18 ans , ensuite, souvenir pas agréable , mais je ne regrette pas de l'avoir fait!

mialjo 31/08/2013 21:34


en 75? bé...j'étais pas loin de toi et si ça se trouve on s'est croisé plein de fois, et si ça se trouve je t'ai vendu des trucs quand j'étais au RDC du BHV...j'adorais la rue Rambuteau...et les
marchands des quatre saisons...et tous le quartier en fait, la rue des rosiers, ou quelque fois j'allais manger avec ma copine Marie une grande et belle Ukrainiène...j'aimais bien aller aussi au
carreau du temple...j'allais aussi souvent rue de Turenne et aussi rue St Anasthase, chez Moshé qui fabriqué des merveilles en cuir...mon dieu, qu'est ce que j'ai aimé cette époque...et t'as
raison y avait pas encore cette horreur de notre dame de la tuyauterie!!!bonne nuit.

Ysa 31/08/2013 19:32


Je kiffe la rue des Rosiers. En 1975 j'étais au collège, insouciante.... que de bons souvenirs !!

maevina 31/08/2013 19:29


belle note qui sent le pasé, en 75, j'étais à Aix en Provence mon fils avait un an, j'étais instit à côté de chez moi pour pouvoir m'occuper de mon mari qui était paralysé après une chute dans un
cuve vide de raffinerie de pétrole à Lavera où il effectuait des soudures !

mab 31/08/2013 19:22


Moi aussi j'adore ta note, une jolie promenade

Colette 31/08/2013 16:55


J'étais en "pattes d'éph" dans ma campagne, j'avais mes deux enfants, des projets en tête, et j'étais........mince !!!!

Jeanmi 31/08/2013 15:52


En 1975 je venais de perdre mon père et je végétais dans un obscure bureau d'études. J'étais loin de penser à la brillante kââârière littéraire qui serait la mienne 38 ans plus tard. ;0). Ma
fille, Sophie, ne savait pas encore que les bancs de l'école resteraient sous ses fesses jusqu'à aujourd'hui. Ma mariée ne savait pas qu'elle inspirerait la kâââârière de notre Sophie. François
Hollande entrait à Sience Po ...

Armelle 31/08/2013 15:13


1975... Je suis à cheval entre ma 4ème et ma 3ème au Collège - on disait lycée à cette époque - Jean-Philippe Rameau à Versailles. J'étudie mollement. Je sèche beaucoup. J'écoute assidument
Michel Polnareff et je suis amoureuse d'un beau blond, un certain Christophe dont j'aime l'odeur de ses pulls over lavés au Paic par sa maman... Je l'ai retrouvé sur internet, il est chercheur au
Japon...


Sinon au 23/35, de la rue Rambuteau j'ai vécu une fabuleuse histoire d'amour, un peu plus tard en 1978... dans une chambre de bonne au 6ème et j'ai vu le Centre Pompidou franchir l'horizon gris
des toits en zinc...


Bonne journée

lanabc 31/08/2013 12:37


J'avais 2 ans, mon frère est né en avril et j'ai fait une méga crise de jalousie... Sinon j'habitais pas loin de Dinan dans les côtes du nord à l'époque devenue côte d'armor depuis.