Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Heure-Bleue
  • Heure-Bleue
  • : Je ne suis qu'une trace, comme le sillage d'un parfum...
  • Contact

Recherche

Archives

30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 09:17

    Merveille 2Hier, je regarde sur la cinq, une émission sur le harcèlement à l'école.
Harcèlement qui se termine parfois par la mort de l'écolier.
A trois enfants dans le même lycée, on peut légitimement se poser des questions...

Il faut dire qu'aujourd'hui avec les réseaux "sociaux" le harcèlement ne cesse pas alors qu'avant il se terminait à la sortie des cours.
   
En grand-mère anxieuse, je téléphone à l'Ours pour lui demander de regarder. L'Ours, cartésien pour une fois, me répond que ça a toujours existé et me parle d'un de ses camarades de collège, souffre douleur de tous, qui a changé de collège au milieu de l'année après une séance de déshabillage dont les parents n'ont même pas été informés.

Je me souviens de menaces verbales proférées par une blogueuse, celle qui tient ce clavier, pour obliger une de ses camarades de classe, à lui faire un cahier de géographie identique au sien.
Il faut dire que Rosette était d'une précision rigoureuse, alors que la blogueuse était plutôt insouciante.
Le délit a été tranché par la prof, un zéro pour chacune.
A l'époque j'ai trouvé ça injuste, je méritais le zéro pas Rosette.
Elle n'avait  fait que m'obéir et c'est pour ça qu'elle a obtenu ce zéro.

Finalement, les profs de l'époque avaient peut être plus de latitude pour trancher.
Bouger un cil pouvait nous valoir une colle.
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Septie 31/10/2013 18:46


Je sens qu'il va falloir que je regarde ce documentaire en "replay"... Nous avons eu un mini-séminaire sur le harcèlement à l'école dans mon collège, c'est assez effrayant mais je pense que ce
n'est pas pire qu'il y a 50 ans, la seule chose étant que désormais, le harcèlement peut se prolonger même à la maison avec les réseaux sociaux. Il faut être vigilant, la plupart du temps, les
signes ne trompent pas.

muse 31/10/2013 18:38


Pas sûr que l'école d'aujourd'hui soit très différente de celle d'hier; c'est surtout que dans nos souvenirs, on embellit le passé!

manouedith 31/10/2013 07:44


ça fait plaisir de voir que ce nouvel appartement est super et que tu te plais bien.


à bientôt


manouedith

emiliacelina 30/10/2013 20:16


difficile ce qui passe par la tête des gamins! Je lis ta note, je lis tous les commentaires, et c'est vrai que celà fait un peu peur. Pourtant je crois que les choses étaient moins graves dans
l'ensemble :'AVANT" on avait davantage conscience du bien et du mal il me semble!

Brigitte 30/10/2013 16:22


Souvent quand les élèves présentent une "faiblesse" , les autres déchargent leurs mauvais penchants sur eux , les faiblesses étant jouissives pour leurs persécuteurs , ces derniers doivent être
sanctionnés dès les premiers abus , hélas , le nombre d'adultes diminuant dans les établissements , il ne faut pas s'étonner de ces cas .

Mialjo 30/10/2013 13:59


Pour une fois je te mets un com très long mais lis jusqu'au bout...c'est en plein dans ton sujet...la variété n'a pas que des mauvais côtés...


Tu rentres tôt, plus tôt qu'avant 
Tu allumes ton ordi, tu attends 
Ils sont tous là, derrière l'écran 
Cette fois encore, c'est pas ta fête 
Tu lis quand même, tu baisses la tête 
Il faudra bien que ça s'arrête 
Ces mots jetés, un peu pour voir 
Derrière un clavier, va savoir 
Quel enfant sage prend le pouvoir 
Seul dans sa chambre, un gamin rit 
Pour faire rire les autres avec lui 
Et ça tombe sur toi aujourd'hui 
Sèche tes larmes, Regarde-moi 
J'ai encore plus mal que toi quand tes yeux me demandent 'Pourquoi
?' 
On répète c'que l'on entend 
On cherche sa place dans le vent 
Mais ce n'sont que des Maux...d'enfants 
Pour une fille, qui leur dit non 
Pour un garçon qui aime un garçon 
Pour une petite phrase à la con 
Parce qu'au milieu, d'une cour d'école 
Il n'y a pas qu'les ballons qui volent 
Il n'y a pas que des jeux drôles 
Qui est minable, qui est cador 
Pour un blouson, ou un portable 
C'est si facile de mettre à mort 
Lève la tête, regarde-moi 
J'ai encore plus mal que toi 
(Yeah, Fouiny Babe) 

[La Fouine] 
Et on les croise à la pelle, les voyous
virtuels 
Les p'tites ont 13 piges, veulent déjà être
sensuelles 

Marie-Floraline 30/10/2013 13:38


Je me rappelle cette jolie métaphore du tuteur nécessaire au jeune arbre pour lui permettre de pousser bien droit. C'est à l'adulte responsable de gérer les conflits et c'est vrai que de nos
jours, le mot responsabilité semble un peu obsolète
 Je ne sais pas si "de notre temps", les instits et les profs étaient plus respectés. Ce qui est certain , c'est qu'ils étaient craints par les enfants et posés sur un piédestal par les
parents qui n'auraient jamais osé mettre leur parole et leur jugement en doute... Je vous parle d'un temps... faut être honnête, il y eut quand même quelques abus

Armelle 30/10/2013 11:19


Jolie leçon de morale digne de l'école de cette époque là où on se levait quand Madame la Directrice entrait dans la classe et distribuait nos cahiers de composition re-corrigés après notre
maîtresse. Elle gardait le même visage et le même ton pour la première en disant félicitations que pour la dernière en lui demandant de faire attention... Et cet oeil comment va-t-il ? Hors
sujet, je sais !

maevina 30/10/2013 10:04


ben, dans certains quartiers, tu peux enfiler les zéros sans que ça ne leur fasse aucun effet ! certains élèves devraient être punis dès qu'ils franchissent le portail impolitesse, tenue
inadéquate, attitude provoquante, geste obscènes .......... et j'en passe, les classes de colle seraient plus que surchargées !!

Mamie Dany 30/10/2013 10:00


mais les "profs de l'époque" étaient respectés par les élèves et aussi par leurs parents... ce qui n'est plus tout à fait le cas aujourd'hui...  

Marie Bland 30/10/2013 09:53


Je pense souvent à une camarade de classe dont je me moquais au collège, je lui avais donné un surnom ridicule que j'ai oublié. Il a suffit que sa mère vienne me voir en pointant l'index avec un
"si tu continue, tu va voir.." pour que je cesse mes bêtises.


Bien-sûr je le regrette maintenant et nous aurions peut-être pu devenir amies, mais quand on est gosse on a parfois de drôles d'idées...

Icimab 30/10/2013 09:49


Oui ça fait peur.