Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Heure-Bleue
  • Heure-Bleue
  • : Je ne suis qu'une trace, comme le sillage d'un parfum...
  • Contact

Recherche

Archives

10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 09:00

Katia, t'es fichue  ! Les clébards sont dans la rue !
L'autre soir vers 23 heures, j'ouvre une fenêtre pour aérer, sous mes yeux, un énorme 4x4, portes ouvertes, une jeune greluche dehors ,portable et cigarette à la main !

Pendant qu'elle téléphone, un chien à peine plus gros qu'une souris, se soulage sous mes yeux, la miniscule chose qui fait son pissou ne me dérange pas, c'est le moyen de transport de la bestiole qui me choque.

Venir faire pisser son chien dans ma petite rue, elle se termine en impasse sur le mur des fédérés et deux jardins fermés à cette heure tardive, c'est monnaie courant mais le faire en venant en 4x4, bonjour le bilan carbone.

Dépassée la Katia et sa douzaine de paires de ballerines ramenées de New York, le fin du fin à Paris (lorsqu'on à encore de l'argent à foutre en l'air) c'est de venir promener son chien en 4x4.

La jeune donzelle n'a rien compris, grosse voiture = petite cervelle !
Repost 0
Published by heure-bleue
commenter cet article
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 18:46

Aujourd'hui, il fait presque beau sur Paris, nous avons soif de beauté, direction le Musée Rodin, son jardin superbe, la porte de l'enfer et le souvenir de Camille Claudel.

Nous admirons, nous prenons des photos, les mains, un cul superbe devant une fenêtre et dans le hall nous nous arrêtons brusquement.

C'est quoi ce truc en plastique, un écrou géant, un instestin abimé ? Vous avez tout faux, c'est une oeuvre d'art d'un artiste contemporain dont j'ai déjà oublié le nom.

Vous préférez quoi ?
Repost 0
Published by heure-bleue
commenter cet article
7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 18:14
 Aujourd'hui, je n'ai pas fait grand chose sauf le ménage, ça prend du temps, ça n'occupe que les mains et l'esprit vagabonde.

Hier je tenais l'Ours dans mes bras, aujourd'hui sa fille commence à parler. Lorsqu'on lui demande : "Comment tu t'appelles ?" Elle répond : "Amour". Je suis sûre que sa mère l'appelle plus souvent "amour" que Jeanne, Jeanne ce doit être pour les bêtises !

Amour a marché tôt, donc comme elle maîtrise parfaitement le sujet, elle passe son temps à réclamer les bras, le lundi "Amour" est souvent dans mes bras et le mardi, j'ai mal à l'épaule. L'âge mûr est un désastre.

Depuis sa naissance, je sais à quoi sert mon blog, le troisième, les blogs s'usent les motivations changent mais l'envie est toujours là.

J'écris pour "Amour", pour qu'un jour elle puisse lire ses prouesses, savoir que ses grands parents lorsqu'ils avaient oublié l'heure de son déjeûner, lui offraient le restaurant près du Square des Batignolles, son père fréquentait aussi ce restaurant lorsque nous habitions le quartier.

Je connais si peu mes ancêtres que j'adore savoir que mon père, l'Ours et moi sommes nés dans le même arrondissement, et que la Merveille a vécu dans le quartier de mon enfance...
Repost 0
Published by heure-bleue
commenter cet article
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 17:44
 Chaque fois que je vais garder la Merveille, je passe devant cette chose ! Il ne s'agit pas d'ordures déposées par les Parisiens indélicats, ce n'est pas une photo prise dans un bidonville, bidonvilles qui refleurissent aux portes de Paris, c'est la demeure d'un homme installé devant une grande enseigne. Certains matins, il émerge d'un sommeil embrumé et je vois une femme qui lui apporte à manger.

Certains jours comme aujourd'hui, il ne sort même pas la tête, et à l'aller comme au retour, j'ai honte, je ne fais rien pour lui , il ne demande pas d'argent, il est là comme un reproche vivant, je ne connais pas son parcours, un divorce, un deuil, une perte d'emploi...

Ils sont de plus en plus nombreux, de plus en plus jeunes ! Il suffit de presque rien pour faire basculer une vie, une expulsion pour loyers impayés, des services sociaux débordés, un égoïsme généralisé, chacun pour soi et Dieu pour tous.

Vous comprendrez alors que le sort du PDG de Dexia , qui a conduit sa banque à la faillite en jouant en bourse l'argent de ses clients, me laisse indifférente et que je trouve sordide l'idée qu'il puisse espèrer toucher son "parachute doré".

Le PDG de Dexia ne connaitra pas le sort de mon malheureux quidam, je suis certaine qu'avec les économies de ses clients, son bas de laine l'empêchera de toucher le fond.

On vit quand même une drôle d'époque, les mauvais gestionnaires partent en retraite avec des fortunes et le pékin moyen se voit réclamer un CV performant pour aller vendre du pop corn dans un cinéma.

Pendant que les uns meurent de faim, les autres font des escapades à New York...
Repost 0
Published by heure-bleue
commenter cet article
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 13:41

Elisabeth Von Arnim, qui était anglaise, comme son nom ne l'indique pas, avait écrit un roman délicieux "Les chiens de ma vie". Elle utilisait les chiens qui avaient partagé sa vie pour parler des hommes, son mari et les autres !

Je  n'ai vécu qu'avec un seul homme, des chats nous ont permis de partager leur appartement pendant de nombreuses années. Il me reste un souvenir vivant de Tel Aviv, Balagan, chatte capricieuse, dépendante et affectueuse.

Un jour maudit, j'ai appris que j'étais allergique aux chats, allergique aux bestioles que j'adore, avouez que ce n'est pas juste. J'ai gardé Balagan et choisi un traitement plus lourd.

Hier soir, j'étais invitée chez des amis que j'aime depuis toujours, depuis que l'Ours est entré à l'école, nos enfants sont allés à l'école ensemble, ils ont cinq chats , un grand appartement sur plusieurs niveaux, mais j'avoue que les dîners chez eux  sont devenus un parcours du combattant malgré le plaisir, je me traite lourdement, je passe une nuit épouvantable, je me réveille avec des yeux de grenouille et je râle.

Tout ça pour dire que ça fait plusieurs jours que je cherche partout les romans d'Elisabeth Von Arnim que j'ai envie de relire lorsque j'aurai fini le tome 2 des "Carnets de Jane Sommers". J'ai retrouvé le plaisir de lire Doris Lessing.
Repost 0
Published by heure-bleue
commenter cet article
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 09:31
Il est de bon mariage, il n'en est point de délicieux. Le Bibelot et moi vivons ensemble depuis longtemps, trop longtemps ? Pas vraiment, l'homme peut être délicieux si on est d'accord avec lui, il a toujours raison, moi aussi, certains jours le ton monte.

Avant, il travaillait beaucoup, c'était un cadre surmené toujours dans un avion, il nous arrivait de prendre rendez-vous pour déjeûner ensemble.
Je tenais une librairie, c'est pas trop facile d'expliquer aux clients qu'on va partir trois semaines pour accompagner son mari...

L'Ours et moi profitions de son absence pour courir les magasins et les restaurants.

Qu'en est-il aujourd'hui ? L'homme ne travaille plus et moi non plus, nous sommes ensemble 24 heures sur 24 dans un appartement parisien trop petit et rien ne change, il a toujours raison et moi ausi mais plus d'absence, un Ours marié, les copines ne travaillent plus non plus mais s'occupent de leurs vieilles mères, parfois elles ont aussi un mari à demeure, les fins de carrière des cadres ne sont pas glorieuses !

Alors, nous nous chamaillons, nous n'en sommes pas au "Chat" de Simenon mais il faut rester sur ses gardes. Ce n'est pas l'enfer mais certains jours, malgré les fenêtres qui ferment mal, c'est chaud.

Je me demande parfois comment font les autres couples, avec les copines, je n'en parle pas, elles traînent souvent leur mari avec elles mais vous camarades blogueuses, dont le mari ne travaille plus, vous n'avez pas envie de le jeter par la fenêtre parfois ?

Repost 0
Published by heure-bleue
commenter cet article
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 09:03

Heureuse, chuis'heureuse, j'suis garde-Merveille. C'est pas un travail payé, parfois ça coûte même de l'argent mais chuis'heureuse, j'suis garde-Merveille.

Hier soir, lorsque je suis rentrée, je n'avais plus de cerveau, ni de dos : "Non mon coeur, tu ne touches pas à ça" "Oui mon coeur, c'est un lapin" "Tu manges tes pates, avec les doigts si tu veux"

Chuis'pas patron avec un parachute doré, j'suis garde -Merveille. Je fais semblant de ne pas m'apercevoir que les media marchent au pas et que depuis le début de la semaine, il faut chercher les cours de la Bourse mais c'est pas grave, chuis'heureuse, j'suis garde-Merveille.

Je fais semblant de ne pas m'apercevoir que la future retraite du Bibelot est en train de fondre comme la Bourse, chuis'heureuse, j'suis garde -Merveille.

Pendant que j'hésite à choisir entre mon parfum et une nouvelle carte mère, j'utilise mon vieux matériel et mon PC se traîne, Carla et Nicolas s'offrent une escapade à New-York, là chuis'pas heureuse, j'ai horreur qu'un Président honni ne pense qu'à lui et à son futur parachute doré.


Chuis'heureuse mais pas idiote.

Repost 0
Published by heure-bleue
commenter cet article
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 19:29
J'ai deux soeurs et je suis l'aînée, nos parents ont toujours cru que notre vie serait meilleure que la leur, et c'était vrai. Il y a quelques années, je pensais que cela serait encore vrai pour l'Ours, c'est faux !

Je ne suis pas la seule à avoir peur de l'avenir pour l'Ours et  sa famille, 85% des français ont peur de l'avenir pour leurs enfants, ils craignent la pauvreté pour leur progéniture et comment leur donner tort. ?

Nous savons tous que le chiffre officiel du chômage est faux, que les salaires ne sont pas motivants et les emplois précaires.

Nous savons tous que nous aidons nos enfants malgré nos revenus qui chutent.

Nous avons poussé nos enfants à faire des études, nous leur avons appris l'insouciance, ils ont voyagé, appris des langues étrangères, tout ça pour rien.

Aujourd'hui un jeune homme est venu me livrer, la litière de Balagan, les produits d'entretien, il est venu jusqu'à ma cuisine pour m'éviter de porter mes cartons, ce jeune homme est pianiste..
 
Je suis sûre que ses parents n'avaient pas imaginé un seul instant que leur fils serait un jour livreur, au risque de ne plus pouvoir jouer, pour survivre...


Repost 0
Published by heure-bleue
commenter cet article
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 19:48
Aujourd'hui, je déjeûne avec une amie, elle me parle de son compagnon, africain "qui a la nostalgie au fond des yeux".

Il se fait construire une maison là-bas dans son Afrique, il veut y vivre le reste de son temps et mourir chez lui.

Elle ne le suivra pas, elle ne veut pas quitter Paris, sa ville, elle veut bien aller le voir pour les vacances, ils vivent ensemble depuis longtemps mais l'un veut retrouver ses racines et l'autre refuse de se déraciner.

Elle me dit : "Tu sais, les Africains sont en manque ailleurs, ils veulent tous retourner chez eux !"

Je lui dis qu'il faut avoir connu le déracinement pour comprendre tous les exilés, ils veulent tous retourner chez eux et j'ajoute que les Français seraient peut être moins racistes si on les obligeait à quitter leur pays quelques années.

Je connais la nostalgie et j'aime les chemins détournés qu'elle peut prendre....
Repost 0
Published by heure-bleue
commenter cet article
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 18:19

Certains jours rien ne fonctionne correctement. L'homme doit téléphoner à son organisme de retraite, numéro surtaxé, ça prend des heures et c'est un jour où "nous faisons garde-Merveille". Suivant l'interlocuteur, les demandes ne sont pas les mêmes, papiers divers et variés, renvoyer encore et toujourla même chose, préciser sans cesse qu'il s'agit d'une retraite pour inaptitude, c'est usant, stressant..

Nous arrivons chez l'Ours, d'une humeur d'ours affamé, la Merveille est comme son père mal lunée, elle manque de sommeil, Elle déjeune de bon appétit, son grand père lui fait mal aux yeux, elle s'endort à peine couchée, son lapin contre son coeur.

L'Ours travaille devant son ordinateur, l'homme lit, moi aussi. Le temps s'écoule lentement et nous décidons de partir tôt, comme de juste, le métro s'arrête entre deux stations !

Je décide de faire un billet, j'allume mon vieux PC crachotant, il tousse et il s'arrête et refuse de se rallumer, heure-bleue sans PC, c'est comme un poisson sans bicyclette, je râle, je trouve que ça tombe mal, j'ai besoin de me défouler.

L'homme me bidouille vaguement ma vieille chose. Je tape à deux à l'heure mais mon humeur tourne au rose...
Repost 0
Published by heure-bleue
commenter cet article