Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Heure-Bleue
  • Heure-Bleue
  • : Je ne suis qu'une trace, comme le sillage d'un parfum...
  • Contact

Recherche

Archives

15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 08:47

J'adore ce proverbe ! Le voir écrit me donne l'impression d'avoir déjà rangé.

 

Sauf que je n'ai pas eu le temps et que le Goût est en train de me parasiter.
Il me dit "Tu fais comme les politiciens : En parler, c'est comme si c'était fait !" Alors que, comme moi, il fait semblant de n'être pas fatigué et de n'avoir mal nulle part.

 

Il joue aux cartes sur son PC, se dispute avec sa radio et traite les cartons avec mépris.

 

Je suis comme une poule qui aurait couvé un canard, je tourne, je vire, et je finis par décider qu'il est urgent d'attendre...

 

Il faut dire que la journée d'hier a été agitée, ménage dans notre appartement, j'ai aperçu quelques malfaisants, j'ai continué à nettoyer, je voulais rendre un appartement nickel, ce qui fût fait.

 

Je dois aussi aller voir Léontine avant son départ en maison de retraite.
Elle part faire des bêtises à Cambrai.
Elle va me manquer mon amatrice de petites bulles...

elle-d-coration.jpg

 
Repost 0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 09:14

Les cartons sont sagement empilés un peu partout sauf sur le balcon.
On annonce de la pluie...

 

Le Goût a trouvé trois assiettes et quelques couverts, on peut faire la dînette.

 

J'ai trouvé couette et oreillers, on peut dormir.

 

Pour le reste, il est urgent de réflechir.

 

Aujourd'hui, c'est ménage dans notre ancien appartement, état des lieux, et restitution des clefs, ouf, page tournée.

 

Hier, il faisait beau, nous avons emprunté "la coulée verte" pour rendre Merveille à ses parents et admirer la petite soeur que nous n'avions pas vue depuis longtemps.

 

Petite soeur est un bébé joufflu qui avale ses biberons d'une traite.
Elle prend la nourriture au sérieux.
Chaque biberon est vidé sérieusement.
Petite soeur a faim et le fait savoir.

 

Ensuite, on peut espérer un sourire, même une longue tirade de "areuh", mais pas à chaque fois, faut pas rêver non plus.

 

C'est bien, je ne suis pas la mère de Napoléon mais je ne peux que répéter "Pourvu que ça dure".la-coulee-verte-.jpg

Repost 0
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 08:57

Rien que pour la présence de ma belle endormie, ça valait la peine.

 

Hier l'Ours a téléphoné : "Merveille veut venir chez vous, j'ai parlé cartons, elle ne veut pas en démordre, elle se moque des cartons".

 

L'Ours est arrivé, il est resté trois minutes. Merveille est allée sur le balcon, a trouvé la vue agréable, la maison en face superbe. Je suis d'accord avec Elle.

 

Elle n'a pas aimé que mon ascenseur parle et qu'il ressemble à un cercueil capitonné. On ne parlera jamais assez des méfaits d'Halloween sur une petite Française de six ans.

 

J'ai trouvé un pull, c'est déjà pas mal. Le Goût avait branché le four et encastré les plaques. Nous pouvions donc partir à la découverte de notre coin avec Merveille.

 

Un arrêt au salon de thé, un vrai chocolat chaud pour Merveille. Puis une grande surface pour un ravitaillement. Merveille voulait une salade de pommes de terre avec du thon, la salade de Papy, celle qu'elle préfère.

 

Merveille a couru, sauté, discuté de tout, sauf de sa soeur. elle a aussi éludé les moments où elle lit, c'est tabou. Elle a décidé qu'elle ne savait pas lire, pas la peine d'insister.

 

Elle m'a simplement cloué sur place en me disant : "Papy, il est grand mais il est resté un enfant dans sa tête".

 

Sacrée Merveille.

Repost 0
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 09:12

L'anonymat n'existe pas, la preuve, une de mes commentatrices a trouvé l'adresse de l'endroit calme et arboré, celui qui compte aujourd'hui quatre appartements libres et l'exode n'est pas fini. On peut se moquer du monde, même l'Etat, surtout l'Etat, mais raisonnablement.

 

Le déménagement s'est très bien passé. Nous avions un déménageur "au cul du camion" et il n'a jamais quitté son poste. Il a apprécié le café que je suis allée lui chercher. Je me suis instruite sur la mentalité des "clients", j'ai même appris des bricoles sur un Ministre en exercice, qui ne fait travailler qu'après avoir épluché les casiers judiciaires (je croyais que c'était interdit) et qui ne permet même pas au personnel extérieur d'utiliser la machine à café gratuite. Et ce monsieur est gardé jour et nuit par quatre policiers.
De plus, la mendicité est interdite dans sa rue très parisienne.
 

 

J'ai dormi comme un bébé dans mon nouvel appartement.
Je ne me suis même pas cognée dans les nombreux cartons qui encombrent mon home sweet home.

 

Maintenant, il ne me reste plus qu'à trouver un carton avec des vêtements, j'avais bien préparé une valise mais avec des tee-shirts !

Et je n'ai toujours pas trouvé le téléphone...  

Repost 0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 09:21

Samedi, je suis allée avec l'Homme chercher les clefs de notre futur appartement. On a profité de l'occasion pour faire l'état des lieux.

 

L'immeuble est neuf, jamais habité mais rien n'est parfait en ce bas monde.
Le volet roulant de la chambre coince, je vois venir de grands moments de noirceur lorsque l'hiver sera là.
La pomme de la douche fuit.
On nous a "juré ,craché" que vendredi, je pourrai prendre ma douche sans problème.

 

Je sais, par expérience, qu'il faudra téléphoner sans relâche et que vendredi tout sera dans le même état...

 

La la gare est à côté de chez nous.
Vous sortez ? Un salon de thé de poupée vous attend.
Ce jour-là, les scouts essaient de vous vendre leur calendrier.
J'ai eu un moment l'impression d'être revenue à Chatou, le RER en moins, ça tombe bien, je n'aime pas le RER.

 

Les enfants sont à vingt minutes, j'ai pu voir Merveille et sa soeur.
Merveille qui fait semblant de ne pas savoir lire et Lulu toute ronde, avare de ses sourires avec sa grand mère, souriante avec son grand père.

 

Je suis une grand-mère de filles, c'est normal que le grand-père soit le préféré de ses petites filles.

 

Vendredi, j'aurai quitté Paris...

Repost 0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 09:16

Le Goût devrait se méfier...
Avec son habitude de répondre à toutes ses "lectrices chéries", certaines qu'il ne connaît pas le prennent parfois au sérieux.

 

Après l'épisode Dulcinée -il ne faut jamais faire rejaillir le feu d'un ancien volcan trop vieux-, une lectrice du Goût fait des commentaires idiots sur son épouse préférée et légitime.
Elle appelle ça de l'humour.
L'humour, normalement c'est drôle alors que ses commentaires sont bêtes et méchants.

 

Elle a proposé au Goût de me "tuer".
Même virtuellement, ça manque de classe.
Elle à trouvé amusant de demander une photo de mon nez.
Cléopâtre peut aller se rhabiller !
Mon nez est parfait, même après deux interventions.

 

Sur le Net, on rencontre de tout, mon lectorat est preque entièrement féminin, je connais souvent dans la vie les blogueuses qui me commentent et j'évite donc les malades.

 

Le Goût devrait être plus exigeant sur son lectorat. 

Repost 0
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 09:43

Je ne suis pas sûre que même si nous étions encore dans les "trente glorieuses", mes malfaisants feraient des efforts.

 

Mon livre "La violence des riches" ne m'apporte aucun scoop, les actionnaires toujours plus voraces veulent toujours plus de dividendes et considèrent l'humain comme une ligne comptable.

 

C'est facile de nous faire porter le chapeau sur le trou de la Sécu alors que le patronat ne paie pas ses cotisations et fait toujours le même chantage aux licenciements.

 

Quel rapport avec mes malfaisants ?
Eux qui occupent tranquillement le terrain jour et nuit ?
Eux qui ont jeté de l'acide sur les policiers et nous réveillent toutes les nuits vers quatre heures du matin lorsque le ravitaillement arrive.

 

Quel rapport ?
C'est pourtant simple !
On embauche 300 policiers, en faisant des effets d'annonce, pendant que 500 partent en retraite.
C'est la même chose pour les professeurs et les médecins.

 

L'Etat, donc nous, a dépensé des sommes folles à Tenon où le lit est toujours aussi rare.
Déplacer les urgences, construire un hôpital de jour, mais ne prendre aucun personnel supplémentaire.
On se promène alors dans des étages déserts.
On peut y voir la dégradation rapide des lieux.

 

Et là, ces idiots, ceux qui espérent nous "gouverner" font une campagne stupide avec écrit en lettres rouges SECURITE.

 

Je suis certaine que, dans le 20ème au moins, le FN va faire un score historique. Même les élus locaux le savent mais comme d'habitude, ils suppriment des postes. Exit donc nos "correspondants de nuit".
Pour faire des économies on a décalé leurs horaires. Ils n'auront plus un salaire majoré par les heures de nuit.
Ils ne veulent même plus venir en journée.
Ils sont devenus des "correspondnats de jour".
Pendant que les pires malfaisants dorment...

Repost 0
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 09:18

A quand la coupure ? Vous l'apprendrez en même temps que nous !

 

Un matin, je m'installerai devant mon PC, il sera muet et j'aurai comme à chaque fois un petit pincement au coeur.

 

Vous n'écrivez plus beaucoup, vous ne dites pas grand-chose mais vous me manquerez...
Après avoir rempli les cartons, il me faudra les vider, apprivoiser un nouvel endroit, allez boire des cafés au salon de thé voisin, pouvoir aller chercher Merveille à l'école, apprivoiser sa soeur.

 

Un matin, la box clignotera et vite, j'irai vous voir, Mab n'aura presque rien dit, Maé parlera de son coin, Ysa piquera une colère, Marie Bland se décidera à parler de son nouveau travail, Patriarch me manquera toujours.

 

Je vous donnerai des nouvelles de mon endroit calme et arboré, je viendrai toujours voir Léontine et comme d'habitude, je viendrai chercher mon courrier, c'est ça la modernité, la Poste attend votre départ pour faire son travail.

Repost 0
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 09:14

Hier mes malfaisants avaient installé un canapé sur la place calme et arborée.
Ils étaient une quinzaine à faire un bruit d'enfer, voulant provoquer, cherchant l'incident.

 

L'Homme et moi sommes sortis nous promener.
Placards et armoires sont vides.
Il reste l'essentiel pour survivre et les quelques cartons à faire peuvent attendre.

 

Nous sommes allés au Printemps Nation, achat somptuaire d'un bol avec des violettes, l'Homme cultive sa nostalgie. 

 

Chez Darty, j'ai longuement hésité devant une bouilloire, la mienne est très âgée mais j'ai rarement l'achat compulsif et je suis revenue sans bouilloire.

 

Je suis passée au Monoprix acheter du lait et j'ai regardé les bouilloires.
Je n'achète pas mais je compare.
Là, "la vérité si je mens", je suis tombée sur la bouilloire "the bouilloire" !
La bouilloire qui vient de Chine, inutilisable, sans socle et sans cordon !
Le Goût a vérifié, elles sont toutes commes ça.
Ca en dit long sur le contrôle qualité...

 

Et j'ai revu la scène des pulls sans fermeture, la Chine a encore de beaux jours à vivre et Monoprix un lot de bouilloires invendables.

Nous sommes revenus tout guillerets, notre place calme et arborée avait été nettoyée pendant notre absence.

 

Vivement le déménagement.bouilloire-electrique-.jpg

Repost 0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 09:57

Si nous déménagions demain, il nous faudrait mettre les bouchées doubles, alors que depuis lundi un sentiment de fausse sécurité nous habite.

 

Il traîne des trucs partout, "des bricoles" dit le Goût, je traduis par "des trucs casse-pied" à mettre en carton, quelques gravures à décrocher puisque notre élan avait été brisé net par nos "malfaisants".

 

J'ai des préoccupations frivoles.
Je suis allée chez le coiffeur hier, faire couper.
Ce n'était pas un luxe mais une necessité, j'ai le cheveu sec, qui tombe.
Le stress et la fatigue ?

 

Mes petites filles me manquent.
Lulu fait des sourires, elle fait ses nuits, "elle mange bien", dirait ma soeur.

Allez secoue-toi ma vieille ! Personne ne va travailler à ta place...caen paris tel aviv 2

Repost 0
Published by heure-bleue
commenter cet article