Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Heure-Bleue
  • Heure-Bleue
  • : Je ne suis qu'une trace, comme le sillage d'un parfum...
  • Contact

Recherche

Archives

11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 09:34

Je sais, lorsque je me réveille à deux heures et demie le matin, que j'en ai pour trois heures avant de me rendormir et pour pas très longtemps...

 

Il fut un temps, un temps béni, où les insomnies étaient rares. Je n'ai jamais eu un très bon sommeil, un petit tour dans l'appartement, une rencontre avec L'Ours lorsqu'il vivait encore avec nous, et je retournais dans les bras de Morphée.

 

Cette nuit, j'ai lu un bon moment, le sommeil ne venait pas. Alors j'ai réveillé l'Homme, comme par hasard : "Minou, tu dors ?" et j'ai discuté une bonne heure avec Minou, qui a repris sa nuit et j'ai continué à attendre le sommeil.

D'après le
juriste que nous sommes allés voir hier, nous n'avons aucune chance de gagner un procès contre notre bailleur. Nous le savions, nous avions déjà contacté  le Président d'une amicale de locataires qui ont le même bailleur. Ils avaient tenté le procès, ils ont perdu.
On gagne rarement contre un gros bailleur...

Nous avons parlé de l'attente nécessaire avant de redéménager puisque nous ne voulons plus tenter l'échange.
Nous avons parlé de l'hiver, que j'espére rude -pas Le Goût-, ça devrait calmer les ardeurs de nos "malfaisants".
 

 

Nous avons parlé des cartons pas encore ouverts.
Nous avons conclu qu'il était urgent d'attendre...

Repost 0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 08:28

Merveille n'a pas encore découvert toutes les joies d'être l'aînée, pour l'instant elle ne trouve que des inconvénients à sa nouvelle vie.

 

Hier, elle discutait avec son père : "Papy est très vieux, il va mourir ?".
 Son père lui explique que Papy est vieux mais pas plus que ça et qu'il espère que Papy va vivre encore longtemps et Merveille d'ajouter " Et Mamie ? Elle, elle est beaucoup plus vieille...".
Charmante enfant que cette petite.

 

Toujours hier, elle danse sur le lit ou "dort" sa soeur dans son couffin, son père arrive et la somme d'arrêter, Merveille s'adresse alors à sa soeur : "Profite Lulu, profite, après on te dispute et dans les cas graves, on te dit que tu es relou ! "

 

Cette petite, habituée à être la reine de la maison, vient de se rendre compte qu'un bébé, ne lui servait pas encore à grand chose et comme son père est jugé coupable de la chose, il a entendu hier : "Vas-y ! Dis que Maman fait des enfants idiots !"...

 

Comme dirait un psy, Merveille verbalise son mécontentement...

Repost 0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 10:12

rats-gris
Hier j’ai appelé ma sœur, la maniaque de la propreté clinique, sur elle et dans la maison.

Je lui raconté la tête du Goût découvrant avec dégoût un « pou de corps » sur sa blanche main. Elle n’a pas ri du tout. Elle a dit « beeuurrrkkk ! Tu me racontes ça, tiens j’ai déjà la tête qui me gratte ! » 

On a discuté un moment comme ça, j’avais aussi la tête qui commençait à me gratter avec cette histoire de « pou de corps ».
Alors, sans doute pour changer, ma sœur m’a raconté la dernière aventure du même genre qui lui était arrivée. Elle travaille à Bagnolet. Elle le regrette beaucoup parce qu’elle préférait quand sa boîte était aux Lilas. Voilà, en allant au travail un matin de la semaine dernière elle a croisé, devinez quoi ? Un rat ! Un énorme rat dans une rue de Bagnolet ! En plein jour !
Encore un effort, après les « poux de corps », la recrudescence de la tuberculose, la peste nous guette !
Je vous dis qu’on va vers le dix-neuvième siècle au galop !

Repost 0
Published by heure-bleue
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 09:51

    3509017202 1c9ee5c3bb oPediculus

Depuis toujours je prends les transports en commun. Lorsque l'Homme travaillait, nous n'avions qu'une voiture et la deuxième n'aurait servi à rien, en bonne parisienne, je n'ai jamais passé mon permis.

 

J'en ai entendu des "Mesdames, Messieurs, je vais passer parmi vous" dans le RER A et dans le métro.
J'ai vu des gamins jeter les pommes ou des croissants, trouver que les mandarines avaient trop pépins.
J'ai donné, je ne donne plus.

 

Je prends le bus 76 depuis des années, il me conduit au Louvre ou dans le Marais.
Ce n'est pas le 26 qui va à la gare du Nord, bus que je ne prends plus, il est toujours plein de cris et de fureur.

 

Hier, j'étais donc dans le 76, nous allions descendre à la station Hôtel de Ville.
L'Homme regarde sa main avec dégoût, la secoue avec énergie et m'annonce : "J'avais un pou de corps sur la main !!! C'est dégueulasse ! ".
J
e n'en ai jamais vu. La dernière fois que j'ai entendu parler de "pou de corps", c'était par mon père. Il en avait certes subi les attaques.
Mais dans un camp en Pologne, pas dans un bus parisien !!!

Il est vrai que les gardes républicains avaient attrapé la gale dans leur guitoune, on peut donc attraper des poux de corps dans le 76...

Je me suis sentie dans un roman de Dickens.
Messieurs les Politiques !
Il serait temps de penser à autre chose qu'à votre future élection,.
Revenez sur terre, le 19ème siècle revient au galop et vous, comme d'habitude, vous ne pensez qu'à être réélus.

 

 

Repost 0
Published by heure-bleue
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 09:19

Le calme n'aura pas duré longtemps, à peine une nuit.
C'est déjà ça me direz vous.
   

Hier, nous rentrons, la baguette sous le bras en passant par le square. Nos malfaisants sont là, nombreux.
Le Goût parle d'une douzaine, je parie sur le double.
Ils fument des trucs et  sont déjà passablement énervés.
   

Pour atteindre notre appartement, il faut passer devant la loge du gardien, lieu de tous les échanges. Son fils est installé dans sa poussette, souriant, le gardien est toujours au courant, il sait que les malfaisants sont dans le square. Il annonce une quarantaine. C'est comme la sardine du vieux port, l'information en circulant prend de l'ampleur.

 

Nos malfaisants s'installent à leur endroit habituel, ce lieu "calme et arboré", ils me gâchent ma série, j'appelle une première fois les correspondants de nuit, ils sont à table et ne peuvent se déplacer, je reste polie, avec difficulté, mais je reste polie.   

En bas, ils jouent avec nos nerfs. J'appelle la police sur un ton courtois, je leur rappelle que trois arrondissements parisiens, dont le nôtre, sont montés d'un cran dans la chienlit, j'ai oublié le nom officiel pour qualifier une situation tendue, le policier charmant m'annonce que rien. 

Je rappelle les correspondants de nuit, ils n'ont pas fini de dîner.
Ils 
doivent faire de gros repas, et en sont au café.
Je pense qu'ils ont bu le café jusqu'à la fin de leur service, ils ne sont jamais venus...

Je rappelle la police, j'apprends que si je ne suis pas en train de mourir, et encore, ils ne peuvent pas se déplacer.
Z'ont pas le temps, je n'ose parler de café...
D'ailleurs on a raccroché avant que je ne termine ma phrase...
Et pendant ce temps là nos Ministres qui dorment, eux, se gargarisent d'une "sécurité renforcée". A ce moment-là j'ai envie d'aller en chercher un par la peau des fesses et l'obliger à dormir chez moi.  

 

Et ce, alors que nos malfaisants font la fête, certains de leur impunité.
Ils ne seront d'ailleurs pas inquiétés.
Et dire que nos enfants élèvent leurs enfants et leur apprenant la différence entre le bien et le mal.
Pendant ce temps-là, l'homme politique cause, il pense que ça suffit. 

Repost 0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 09:39

Hier nous sommes allés voir les enfants. Merveille est à la grande école, Numéro deux a déjà cinq semaines, on ne voit pas le temps passer...

 

Mais hier, il faisait très chaud, 33°C.
C'est beaucoup, surtout que les trains de banlieues ne sont pas climatisés.
La climatisation, c'est bon pour le TGV.
Le banlieusard, lui n'est pas une cible marketing importante...
Pourtant depuis Colbert, et même avant, on prend plus aux pauvres qu'aux riches, uniquement parce que les pauvres sont plus nombreux...

 

Revenons à mes Merveilles.
La grande ne voulait pas parler de l'école, c'est déjà bien assez de se lever le matin pour apprendre, elle voulait jouer avec Mamie.
Je ne dois pas être une bonne joueuse, j'ai entendu des : "Mais Mamie..." sur un ton qui laissait entendre que j'avais bien des progrès à faire.

 

Numéro deux, elle, avait une petite faim, elle a toujours une petite faim mais ce n'était pas l'heure. Elle chougnait, elle voulait les bras, elle ne les voulait plus. Il faut dire qu'il faisait très chaud.

 

Lorsque nous sommes partis, Merveille dormait à moitié, les hurlements de sa soeur avaient eu raison de son sommeil trop léger, les parents et le bébé sont descendus avec nous.

 

Dans l'ascenseur, Numéro deux s'est endormie en sursaut.
Il était tard lorsque nous sommes arrivés mais pour la première fois, la place était vide.

Repost 0
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 09:50

Il y a des jours où je n'ai rien à raconter.
Mon mal de dos ? Pfff...
Mes lectures ? Depuis que j'habite ici, j'ai lu deux livres.
J'ai déjà oublié le premier et le second, petit et facile à lire, a occupé mon mois d'août...

 

En réalité, je ne suis obsédée que par un truc : Trouver un appartement dans une banlieue à l'Ouest de Paris, me rapprocher des enfants et oublier le plus rapidement possible cet endroit "calme et arboré".

 

Il ne suffit pas de désirer très fort pour obtenir.
La prière ? Pas mon truc.
L'imprécation ? C'est plus mon genre.

 

Alors j'échafaude des plans.
Je menace mon bailleur qui n'en a que faire.
Tout cela, ça occupe sa femme et son homme...

 

Heureusement tout à l'heure, je vais voir mes Merveilles.
La grande qui me parlera peut être des garçons de sa classe mais c'est plutôt à son grand père qu'elle livre ses secrets.
Puis je regarderai Lulu boire son biberon avec gourmandise.

 

C'est surtout ça la vie...

Repost 0
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 10:09

Merveille a fait sa rentrée des classes, comme de nombreux petits écoliers.
Elle est plutôt satisfaite de la sienne.
Elle a retrouvé ses copines, les parents sont satisfaits, Merveille va même rester à l'étude...

 

Dans notre quartier, bobos et familles déshéritées se côtoient mais ne se fréquentent pas.
Hier nous sommes passés devant plusieurs écoles à l'heure de la sortie.
Devant l'école privée, des mères minces et bronzées "de retour des States", oui chez les bobos on cause l'américain où on fait semblant...

 

Ailleurs des mammas africaines en boubou, quelques pères arabes et deux ou trois bobos fauchés.
C'est vivant, c'est même bruyant, ça ne parle pas de vacances, ils ne sont pas partis, les gosses courent dans tous les sens.

Dire qu'il suffirait de pas grand'chose pour que la cohabitation soit paisible.
Un peu moins de bazar d'un côté, un peu plus de tolérance de l'autre suffiraient.

Il est évident que je ne parle pas de nos squatteurs, je crois qu'ils n'ont pas fait de rentrée...

Repost 0
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 09:15

Merveille discute avec son père : "Papa, la télévision existait lorsque tu étais petit ?".

 

Le père, qui va prendre un an de plus dans quelques jours, a encore aujourd'hui des problèmes pour accepter l'inévitable.
Papa n'est plus un Dieu, c'est un vieux.

 

Pour le reste, Over-blog fait des siennes, hier, je n'ai eu qu'un seul visiteur.

Je veux qu'il se dénonce !!! 

Repost 0
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 09:08

La Tornade est venue passer un week-end éclair à Paris, rien que pour nos yeux, pour le coiffeur du Boulevard de Charonne et enfin se livrer à son péché mignon, nous donner des conseils pour lutter contre notre bailleur.

Elle a squatté un ordinateur et elle a cherché, la recherche fut fructeuse, notre bailleur, son représentant surtout, l'homme qui ne répond ni au téléphone, ni au mail, qui a fait de la mauvaise éducation son arme, n'a pas sévi que dans notre immeuble.

La Tornade a trouvé du courrier et la trace d'une autre amicale de locataires avec des problèmes graves de fuites d'eau (ça existe aussi dans notre immeuble).
Problèmes suivis de promesses tout aussi vagues de règler rapidement le problème.

 

J.D. L....a du mouron a se faire, le Goût a un côté pitbull.
Lorsqu'il tient quelque chose, il ne lâche pas.

 

J'espère retrouver rapidement le sourire dans un véritable endroit "calme et arboré".
Les méchants gagnent souvent mais pas toujours...
Miss-Marple.jpg

Repost 0