Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Heure-Bleue
  • Heure-Bleue
  • : Je ne suis qu'une trace, comme le sillage d'un parfum...
  • Contact

Recherche

Archives

20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 09:13

Nous avons raccompagné Milky et sa Hiboute jusqu'au bus sans passer par le joli square.
Oui, quand l'orage approche, les squares sont fermés.

Des mômes des collèges et d'autres plus âgés squattent le hall.
Il faut dire que nous sommes le seul immeuble ouvert, tous les autres sont protégés par des grilles. Ils sont calmes, enfin presque, des gosses, des sales gosses, mais des mômes.

 

Milky est déjà dans le bus lorsque l'orage commence.
Il pleut à grosses gouttes. C'est agréable mais il fait toujours aussi chaud.
Je ne suis jamais allée dans un pays à mousson mais je le ressens un peu comme ça.

Au retour, l'orage gronde, les gamins s'énervent. Ils nous énervent.
D'ailleurs depuis hier, ça tombe comme à Gravelotte sur le gardien, ça râle ferme.

Le Goût appelle le service adéquat à la Mairie, vous pensez bien, que "les correspondants " ne sont pas sous la pluie. Avec sa voix calme, il explique.
Il explique la gauche qui prend des raclées à chaque élection, les municipales l'année prochaine, le vote de protestation, les promesses non tenues et la montée des extrêmes qui risque de mettre en balance leur poste...

Il faut croire que les "correspondants" connaissent certains numéros de téléphone car en moins de deux minutes, le charme bucolique de notre coin, celui qui nous a fait craquer est de retour.
Nous entendrons même l'angélus...

Le Goût a prévu d'aller voir ses "camarades socialistes", qui l'ont invité par téléphone à la permanence du quartier.
Le Goût m'explique que lui est toujours de gauche.
Qu'il aimerait juste que les "camarades socialistes" le soient encore...

Repost 0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 09:45

En langage de la rue, "la bicrave", c'est le deal et je dois dire que ces dernières années, partout où je suis passée, ça "bicravait" cher.

La vente de produits illicites n'est pas une découverte.
Comme toutes les mères lorsque leurs enfants grandissent, on les met en garde.
Ensuite, eh bien on espère...
Que ce soit dans la très huppée banlieue Ouest, dans le 93 ou dans Paris, partout, même à Caen, le secteur ne connait pas la crise.

 

Je dirai seulement que mon inquiétude grandit.
Je suis grand-mère, j'ai vécu mai 1968 sans même toucher à un pétard.
Là, en moins d'une semaine, j'ai vu les petits trafiquants faire leurs petites affaires devant moi.

Si même moi, je m'en aperçois, combien sont-ils ?

 

Après l'avoir fait pour nos enfants, allons-nous nous ronger les ongles pour nos petits-enfants ?

Repost 0
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 10:35

J'aimerais vous écrire une vie palpitante, riche en rebondissements plus qu'en déménagements mais...

 

Hier, j'ai essayé de ranger des livres dans des étagères déjà pleines.
Hier j'ai erré dans un vide-greniers misérable. Cette année même les vide-greniers sentent la crise.
Hier, j'ai fait ma BA : J'ai acheté un 45 tours de Dario Moreno.
C'est la seule façon pour moi d'aller à Rio.
Ce matin, j'ai entendu l'orage, depuis la pluie tombe régulièrement même la météo ne tient pas ses promesses.

J'aimerais vous raconter une vie à cent à l'heure mais je retourne à mes cartons.

 

Vous pouvez peut être résoudre mes problèmes.
Comment ranger "trop de tout" dans "pas la place" ?

 

Le plus étrange est que le "trop de tout" dans "encore moins de place".
Oui, l'appartement de la rue de Bagnolet était encore plus petit...

Alors ? Une idée ?

Repost 0
Published by heure-bleue
commenter cet article
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 09:56

Une page se tourne.
Nous avons assisté à sa dernière kermesse à l'école maternelle.
L'année prochaine, Merveille ira à la grande école
Lorsque je suis arrivée, j'ai vu ma petite fille, de rouge vêtue, la mine fatiguée.
Elle était là, sage comme une image, à écouter un chanteur.
Je n'écrirai pas ce que je pense du talent du chanteur.  
Ses parents étaient occupés, JJF tenait la caisse.
Oui, il faut acheter des tickets pour soutenir l'école et permettre aux petits de visiter des châteaux.
L'Ours était au barbecue à faire cuire des merguez, vaguement aidé du Goût

Dans la matinée, Merveille s'est plainte.

Elle avait de nouveau mal à l'oreille alors qu'elle vient juste d'arrêter les antibiotiques.
Le soir, elle avait 38°4...Heureusement, elle a rendez-vous chez le pédiatre lundi.
Il a parlé d'opération la dernière fois.
Pauvre petite Merveille grasse comme un filet de vinaigre...

Une vue de notre ghetto
...


mon ghetto

Repost 0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 10:26

Réveillée à 6 heures, pas moyen de me rendormir, le Goût gigote à côté de moi, je sais qu'il ne dort plus mais qu'il attend un peu avant de se lever.

Dès qu'il s'aperçoit de mon réveil, il me parle de courses à faire, je sais j'ouvre des cartons, je délaisse le reste.

 

Il est un peu plus de 10 heures, je ne peux pas ignorer qu'il faut faire des courses.

 

Le Goût radote mais il n'ouvre pas les cartons et sa cuisine est délaissée.

Repost 0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 09:23

Celle de l'hôpital public...
Comme chaque année depuis sept ans, l'Homme prend rendez-vous avec son éreinteur dans un hôpital de l'Est Parisien.

Il apprend que son jeune professeur a quitté l'hôpital public pour un hôpital privé à but non lucratif, de l'Est Parisien.

Comme chaque année depuis sept ans, j'accompagne l'Homme et attends dans la salle d'attente.
Comme chaque année depuis sept ans, son médecin a pris du retard...
Je le vois passer régulièrement pour appeler ses malades, il a l'air en forme, il a le sourire.

Arrive enfin le tour du Goût, cinq petites minutes pour regarder le scanner dix minutes de petits papotages entre patient et praticien qui se connaissent depuis longtemps.

Et le professeur d'expliquer au Goût qu'il n'en pouvait plus d'aller travailler dans de si mauvaises conditions.
Qu'il ne pouvait plus travailler sereinement dans un endroit où il n'aurait pas envoyé un de ses proches se faire soigner.
Qu'il avait vu les conditions de travail se dégrader au cours des années.

Je comprends ce médecin, sa passion est de soigner et d'enseigner.
J'ai vu la dégradation de l'hôpital depuis sept ans.
J'ai vu l'attente des malades attendant un lit dans un couloir bondé alors que les chambres sont vides...

Repost 0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 10:24

La dernière fois que je suis allée chez mon généraliste, mon ordonnance a été complétée par un petit mot : "non subtituable".

Je n'avais rien demandé mais j'admire la prévoyance de mon médecin.
Heureusement, je ne prends pas de diurétique....

Je n'aime déjà pas les sacs à mains chinois.
Ils le sont pourtant tous, sauf peut être ceux d'Hermès.
Ma retraite ne me permet pas, hélas, les achats chez Hermès.

Mais, en y réfléchissant, si nos médicaments sont fabriqués en Chine ou en Inde, le problème des retraites va être réglé bien plus efficacement que par nos  réformes...

Repost 0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 09:42

Hier, j'étais partie chercher Merveille à l'école.
Une Merveille épuisée par le sport.
C'est elle qui l'affirme.
Je crois que c'est son maître qui était épuisé car Merveille a une façon très particulière de sauter les haies.
Il a craint la chute tout au long de l'exercice...

Merveille a couru, dansé, nous a traînés dans ses passages secrets, a brisé des coeurs sur son passage et a laissé ses grands parents sur le flanc.

 

En rentrant hier soir, j'ai éteint mon PC et je ne suis même pas venue vous lire...

Repost 0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 09:53

Le Goût, qui a l'air d'une simplicité biblique, est beaucoup plus innocent que certains peuvent le croire.
La pragmatique des deux, c'est moi.

 

Hier, je suis allée à la fête des voisins, pour faire leur connaissance certes mais surtout pour en savoir plus sur "l'Amicale des Locataires".

 

Il faut dire que dans le XXème arrondissement de Paris "cité" n'a pas la même signification qu'ailleurs, il s'agit souvent de petites ruelles bordées de petites maisons. Ruelles protégées et fermées par des grilles.

 

J'habite un petit immeuble qui donne sur une place, cette place ouvre sur un square, sur une cité, genre cité Godin, et sur une rue.

Malheureusement, ce coin charmant est entouré de vraies cités avec de vrais morceaux de bandits en devenir dedans.
Vous savez le genre qui fait du trafic à côté de chez vous et qui veulent squatter chez vous.
Enfin faire leurs petites affaires sous vos fenêtres. Petites affaires dites "bicrave"

 

L'Amicale des Locataires lutte contre eux.
Jusqu'à notre arrivée -on doit avoir la poisse-, l'Amicale tenait le bon bout.
Depuis, il apparaîtrait que la lutte reprend...

 

Un jour, un de ces charmants bambins sera victime d'un "différend commercial" et ses camarades organiseront une marche blanche.
Le vilain garçon sera devenu une blanche colombe...

Repost 0
Published by heure-bleue
commenter cet article
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 09:51

notre ghettoJ'ai toujours vécu en appartement, sauf à Caen.
Pour la première fois de ma vie, une fête des voisins est organisée dans mon immeuble.

 

Pour fêter cet événement, j'envisage d'adhérer à l'Amicale des locataires.
Mes voisins sont sociables, les jeunes du cru aussi, un peu trop, d'ailleurs. Les jeunes sont si sociables que leur joie de vivre déborde largement sur la nuit. J'envisage donc un dépot de mon loyer à la Caisse des Dépôts et Consignations. J'ai déjà trop donné de mon sommeil pour accepter que des gamins qui viennent d'ailleurs squattent nos parties communes...

 

Ce matin, il pleut, va-t-on voisiner ?

Repost 0