Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Heure-Bleue
  • Heure-Bleue
  • : Je ne suis qu'une trace, comme le sillage d'un parfum...
  • Contact

Recherche

Archives

8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 09:43

Pendant que le Goût rêvasse en sortant ses vinyles des cartons, je rêvasse en sortant mes bouquins d’autres cartons.
A croire que nous ne meublons qu’avec des livres et des disques…
En fait, je rêvasse moyen, il fait chaud. Bien trop chaud.
Du moins pour moi car, tandis que je mijote péniblement, le  Goût rissole avec délices.
Ses disques s’empilent joyeusement tandis que mes livres peinent à grimper sur les étagères.
Heureusement je vais pouvoir goûter un peu de repos.
Quand les vinyles et les bouquins seront sur leurs étagères, il va falloir s’attaquer à la cuisine.
Or, le Goût supporte la chaleur mais pas l’effort.
Je respire mal à cause de  l’asthme, lui c’est à cause de l’emphysème.
Tout effort un peu soutenu le met sur le flanc.
Et là il va falloir monter les éléments et faire une découpe dans le plan de travail.
Nos journées sont fatigantes depuis une semaine.
Et le soir venu  nous ne pouvons même plus papoter au lit.
A peine couchée, je m’endors…

Repost 0
Published by heure-bleue
commenter cet article
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 09:43

J'ai droit chaque matin à un petit mail de la Tornade, avec ces quelques mots : "Ca avance ?".

Non Chef ! Ça n'avance pas vite...
Nous avons tous les deux attrapé une bronchite virale -merci Merveille- et comme la respiration n'est pas notre point fort, nous soufflons comme des phoques.

Le Goût collectionne les vinyles, il faut leur trouver de la place, sortir des cartons d'un placard pour installer des tringles, encastrer enfin le four etc.
Un déménagement implique aussi des formalités administratives et même si la majorité peut être faite par mail, il faut toujours corriger les erreurs des administrations.

Et les livres, il en reste à placer.
Pourtant j'en ai donné beaucoup, j'en ai posé sur les poubelles pour que les gens se servent.

Et la vaisselle ! Des cartons dorment partout dans la cuisine.
A lui seul, le service de la mère du Goût compte 80 pièces moins deux tasses à café brisées par le Goût.

Et les cartons qui portent ce nom de "bidouilles", des trucs indispensables au Goût, il les transporte de déménagement en déménagement, nous avons des câbles pour plusieurs vies.

Alors, ça avance, comme nous, petitement.P9200162

Repost 0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 10:13

Nous n'avions utilisé ni notre plaque vitrocéramique ni notre four depuis notre arrivée en banlieue. Notre cuisine était équipée.

 

Certains équipements étaient passés directement de la maison de Caen au box.
J'y avais même abandonné un énorme fauteuil à bascule acheté à Tel Aviv et qui n'avait trouvé sa place nulle part.

Nos déménageurs étaient très bien, efficaces et tout.
Dommage qu'Oscar soit passé par là auparavant, rendant presque ridicules les précautions prises.
Les déménageurs normands avaient eux aussi commis quelques dégradations.
Du coup, le fauteuil a bascule est parti aux encombrants.
A l'arrivée, au moment d'encastrer le four, le Goût s'est aperçu que le meuble était cassé lui aussi.

 

Nous sommes donc partis acheter un nouveau meuble, premier prix, à la Nation.
Ce n'est pas onéreux mais c'est lourd. La livraison coûtait plus cher que le meuble mais que faire, puisqe ces jours-ci nous respirons comme un poisson rouge qui a sauté hors de son bocal.

Hier, le téléphone a sonné, c'est le livreur qui ne trouve pas la rue des Balkans.
Pourtant une des rues préférées des livreurs du quartier, pas de marches à grimper ou de square à traverser.

Et là, le Goût se laisse aller à son péché mignon, l'explication de texte. Le livreur lui demande "ça s'écrit comment ?", et le Goût "ben, comme la péninsule balkanique, la poudrière des Balkans.". Bref, il a semé le doute dans l'esprit d'un chauffeur qui ne connaissait déjà pas la rue.
Le Goût est resté un innocent...
  

 

Il a fallu trois coups de fil pour que le livreur trouve notre porte.
Que voulez-vous, le malheureux, mal payé, n'avait sans doute jamais passé de vacances en Croatie...

Repost 0
4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 09:18

Je savais que cette rencontre allait se produire.

Chaque jour je passe devant chez elle au moins une fois  .

 

Hier, nous marchions d'un pas de sénateur pour rejoindre l'arrêt du bus lorsque je l'ai aperçue.
Elle nous a vu et s'est cachée, comme une enfant, à l'intérieur de l'abri bus.
C'est pas de chance pour elle, nous prenions le même bus...

Du coup il y a embrassages, papotages comme si elle était ravie de nous voir.
Comme je me souviens à peine du motif de sa dispute avec le Goût.
Boire un thé avec elle ne me dérange pas.

Nous nous sommes quittés sans promesses.
Nous ne les aurions pas tenues.
Elle non plus.

Oui, nous avons croisé Madame de.
Nous nous rencontrerons souvent néanmoins.
C'est obligé, c'est nous qui lui avons fait connaître les endroits qu'elle fréquente...

 

rene-gruau-fleurs.jpg 

Repost 0
Published by heure-bleue
commenter cet article
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 09:51

Vous connaissez Léontine, notre ancienne voisine, celle qui vient d'avoir 88 ans.

Vous avez lu qu'elle était tombée dans son jardin, qu'elle s'était fêlé le bassin, cassé le poignet et un autre os quelque part.

Hier après midi, nous sommes allés la voir, elle nous guettait, elle est sortie, sans canne, pour venir nous chercher, elle a tenu à faire le service et nous a raccompagné de la même façon lorsque nous sommes partis.

Léontine, que je n'appelle jamais Léontine, arrive à se faire à manger, son poignet est souple même le chirurgien était étonné.

Elle parle aujourd'hui de se faire opérer son autre genou.

C'est la génération qui recevait, en tout et pour tout, une orange à Noël...

Repost 0
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 09:34

 

Hier, nous sommes partis chez notre médecin qui nous avait prévenu : "Vous serez retardés, il y a une brocante dans la rue".

Nous n'avons pas été retardés que par la brocante, plus chère que celle du Boulevard de Courcelles mais également par les supporters d'un club de rugby.
Lequel ? Je ne sais pas ! Je sais simplement que les supporters étaient bruyants, vêtus de rouge, amateurs de bière et qu'à notre retour, les CRS avaient remplacé les pompiers...

Pendant que j'attendais le Goût qui faisait la queue à la pharmacie, je regardais un petit meuble banal, genre petit garde-manger, pour lequel je n'aurais pas lâché 50 €. Le vendeur, même pas une bonne tête de filou, non une vraie tête de bandit, lui, en réclame 300€. Dans le même temps il essayait d'arnaquer un couple d'Allemands en leur proposant un lustre incomplet à 300€.
C'était prix unique chez lui. Je ne lui ai pas demandé l'heure de peur qu'il ne me réclame 300 € pour regarder sa montre...
Lorsque je vous aurais dit que la merguez était proposée à 30 francs de nos vieux sous, vous comprendrez pourquoi, je ne fréquente plus les brocantes...

 

 

La-Bastille-copie-2.jpg
     
Repost 0
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 10:15

Seine en crueLa Merveille va beaucoup mieux, il faut dire qu'elle a reçu un traitement de cheval., Je ne sais pas dire si elle a grandi ou maigri.
Les deux je crois.


Elle a quand même "bon fond", elle a distribué ses microbes avec largesse, fièvre, courbatures et toux douloureuse pour moi, toux et flemme pour son grand-père, quant à son autre grand-mère, elle n'est pas brillante non plus.

Alors cet après midi,n plutôt qu'ouvrir des cartons, nous allons aller visiter notre médecin.

Je sais que mon enfant chéri va encore me traiter de "petite vieille" mais je n'ai pas une passion pour les crises d'asthme.

Repost 0
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 09:27

Et ça "commence à me les briser menu" (expression que j'ai entendue dont je ne connais pas l'exacte signification) et pourtant il me faut sortir, l'Homme ne se nourrit pas que de culture, surtout qu'il s'endort sur son journal.
Il lui faut du miel dans son café, des "nonnettes" pour le souvenir et du papier toilette, humain trop humain...

Je  suis partie, non, pas d'un pas vif, je connais tous mes muscles. Plutôt leur absence douloureuse, il ne pleuvait pas enfin juste un petit crachin, j'ai failli revenir à la nage.
Le déluge s'est a nouveau abattu sur nous, faudrait supprimer les rencontres entre Angela et François, ça nous porte la poisse.

Depuis plusieurs jours, je tousse donc je geins. On dirait le Goût avec un rhume.
J'ai la gorge douloureuse.
Il y a les cartons vides coincés dans l'entrée, le Goût a déjà perdu un trousseau de clefs, celle avec l'ouverture du local à poubelles.

J'ai presque envie de retourner me coucher...
 

Repost 0
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 10:10

Depuis près de trois ans, je ne venais pas souvent dans ce quartier. Je venais voir mon ancienne voisine qui va avoir besoin d'aide après sa chute dans son jardin.
Elle se retrouve seule chez elle à 88 ans et handicapée ( sa fille a choisi le bord de mer plutôt que sa mère...).

Je venais dîner dans le coin avec la Tornade et ses amis.
Nous passions chez le libraire de la rue de Bagnolet, c'est tout.
Ah si ! Il m'arrivait d'aller chez mon ancienne coiffeuse.

Hier soir, nous avions rendez vous avec des amis, à côté de la place de la Nation, pas loin de chez nous.
Nous sommes partis à pied, doucement, très doucement et là, j'ai vu la crise dans toute sa splendeur !
Les boutiques connues ont disparu, même Martine, la restauratrice qui a pourri mes nuits, a tiré le rideau.

J'ai eu le sentiment de revenir dans le Paris des années 50
Sauf que l'espoir a disparu...


Doisneau.jpg

Repost 0
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 09:04

J'ai déménagé, avec succès et dans la souffrance, des crampes horribles me réveillent la nuit et mon dos ne me dit pas merci.

J'ai quitté une Merveille malade, une double otite "tubaire" avec du sang dans une oreille et une bronchite crépitante ! Mon coeur de grand-mère saigne !
 La branche allergique de la famille ? C'est la mienne !

 

Son grand-père est allé la voir hier.
J'irai vendredi.

La traversée du jardin pour aller se ravitailler est agréable sous le soleil.
Sauf que je n'ai pas encore vu le soleil.
Je fais juste travailler mon imagination pour soulager mes muscles.

Deux jardins côte à côte et pas de rue à proximité font que je n'entends pas les voitures.
Je pourrais presque me croire à la campagne. La nuit j'entends encore mieux les ronflements du Goût...

Je vous parlerai des enfants qui passent en jouant d'un jardin à l'autre lorsque le soleil les fera sortir de chez eux.
Et là, j'ai déjà peur...
 

Repost 0
Published by heure-bleue
commenter cet article