Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Heure-Bleue
  • Heure-Bleue
  • : Je ne suis qu'une trace, comme le sillage d'un parfum...
  • Contact

Recherche

Archives

20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 09:19

Je me demande comment j'ai réussi à me passer de Télérama toutes ces années.
Bien sûr, on m'avait volé Alain Rémond mais surtout j'étais devenue une grande paresseuse.

J'ai supprimé Elle et maintenant je me plonge avec délices et moqueries dans Télérama, je ne regarde pas plus la télé, je ne suis toujours pas d'accord avec leurs critiques littéraires, mais la rubrique "restaurants" me fait kiffer grave comme ne disent plus les djeun's.

Cette semaine Télérama s'est entiché d'un restaurant dans le Marais.
Un petit truc tenu par une Anglaise qui arrive de Tunisie, une famille un rien bobo, avec un menu très bio-bio, c'est pas moi qui le dit, c'est "le magazine de ceux qui n'aiment pas la télé".

Je n'irai pas manger dans cette cantine du 3ème arrondissement, le potimarron me fait sortir de mes gonds, et le quinoa me rend folle, donner dans l'équitable et faire traverser la planète à un légume me fait penser à une escroquerie.Quinoa.jpg

Le quinoa, c'est aussi fade que la semoule, sauf que le bilon carbone est désastreux.

Repost 0
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 09:22

Déjà à Paris, on se faisait livrer le plus gros, la litière de Balagan, la lessive, les produits d'entretien, etc.

Ici, nous nous faisons pratiquement tout livrer par Monop', nous ne mangeons pratiquement plus de viande et surtout nous avons un très bon boucher, qui n'a qu'un seul défaut, les prix qu'il pratique.

Ce n'est pas la première fois que certains trucs arrivent cassés mais c'est le livreur qui nous prévient et il nous rapporte la bouteille dans l'heure qui suit.

Un autre inconvénient de la livraison Monop, c'est que les livreurs sont un peu comme moi, la droit et la gauche, pour eux c'est pareil, je ne compte plus les livraisons qui arrivent chez l'Ours au lieu d'arriver chez nous.

Hier soir, à 19 heures tapantes, le livreur arrive, pose ses sacs dans l'entrée et file comme un dard. Le Goût commence à déballer et j'entends un "Merde !!! ".

Non seulement, une bouteille est cassée, ça parfume toute la maison mais les bocaux de haricots verts aussi.
Après une longue et pénible discussion avec son interlocutrice, il semblerait qu'avec un peu de chance, nous aurons des haricots verts ce soir.Arcimboldo.jpg

Repost 0
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 09:18

Deux-femmes-Gruau.jpgJ'ai changé trois fois de plateforme, je ne me risquerai pas à tenter le nouvel OB.
Surtout après la mésaventure qui vient d'arriver à Mab...

Si jamais je dois migrer, je retournerai chez blogspirit où m'attend mon ancien blog.

Avouez que c'est passionnant.

Je sens que ça va être comme ça jusqu'au 23 avril.

Repost 0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 09:17

J'ai deux vraies envies en attente une dont je peux ne plus l'attendre et une autre où je ne peux qu'attendre.

Je sais, c'est sibyllin mais je ne trouve pas d'autre formulation.

Pour le reste, la routine, j'ai lu mais rien d'extraordinaire, pas d'auteur que j'ai envie de mordre, et aucun qui mérite une critique dithyrambique.

Quelques promenades, souvent sous une pluie battante.

La routine quoi...

C'est un exercice de style de décrire la routine avec talent et je ne suis pas Marguerite Duras, qui racontait le contenu de ses placards et que les critiques encensaient.Rene-Gruau--femme-de-dos-.jpg

Repost 0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 08:46


Voilà Mab, c'est fait de bonne heure !

C'est aujourd'hui que nos hommes politiques doivent dévoiler leur patrimoine.
Vous savez quoi ? C'est comme le mariage gay, je m'en moque...

J'ai quand même eu une augmentation de trois euros, un euro par mois.
Même pas de quoi acheter une baguette de plus mais je suis heureuse.
Heureux comme le cantonnier de Fernand Raynaud.

J'ai juste remarqué un truc, ces quelques Messieurs trop tranquilles, qui ont commencé la politique en couche-culotte préfèrent les beaux quartiers, ils n'habitent pas Barbès, ni le Boulevard de la Villette.

Quant à leur résidence secondaire, la Beauce et la Brie, vous savez "les greniers de la France", ça fait pas recette.
Parlez moi plutôt de l'île de Ré, de Mougins voire de Cannes.
C'est vrai qu'ils vieillissent nos énarques et on trouve pléthore de médecins là-bas. Plus qu'à Mantes-la-Jolie en tous cas.

Mais c'est pas une raison pour leur en vouloir.
Je leur en veux pour une seule et unique raison.
Vous le savez, l'électeur n'est pas malin, et nos gouvernants "socialistes" -j'ai failli écrire "de gauche"- sont en train d'offrir une autoraute à Marine.
Marine qui fait profil bas.

Vous vous voyez marcher au pas comme en Corée du Nord ?norman-rockwell-the-homecoming-1945.jpg

Repost 0
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 00:00

Je me moque du mariage gay comme de ma première chemise. Je dois dire que je me moque aussi du mariage hétéro.

Vous allez me dire que je suis mariée, je le confirme.
Je me suis mariée enceinte, à la mairie et pour des raisons administratives.
Je trouvais plus simple de porter le même nom que mon enfant.

Je comprends parfaitement la démarche des gays qui veulent se marier, même si je trouve que certains font beaucoup de bruit pour rien.
Ce qui se passe dans le mitan du lit des autres ne regarde qu'eux.

J'ai l'impression que cette "bataille" sert essentiellement à notre gouvernement à "cacher la merde au chat".

Pendant que la crise continue ses ravages, que les chômeurs se font radier, que les retraités font les poubelles, une bande de couillons qui ne descendraient pas dans les rues pour défendre leurs voisins, viennent faire joujou à Paris, avec la bénédiction, non pas des évêques, mais des politiques.

Pendant qu'on crie "halte au mariage gay", on oublie de poser les bonnes questions et de défiler pour les bonnes raisons.Mariage.jpg

Repost 0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 09:26

C'est la deuxième fois que j'essaie d'aller voir l'exposition d'Eugène Boudin, la première fois, j'ai eu un empêchement, lequel, je ne sais plus.

Hier, j'ai un eu un mauvais feeling en montant dans le 84, le bus qui nous conduit au Musée.
Il a commencé par changer de route sans prévenir et a filé dans Paris sans s'arrêter. Il a zappé la rue de Courcelles et nous nous sommes retrouvés au Ternes avant de dire ouf.

Le chauffeur, gentil, nous a arrêtés à un arrêt non deservi par son bus, juste à côté du café où nous avions rendez-vous.
De la terrasse du café on voyait la queue qui s'étirait devant le musée.
Quand je pense que quand j'ai visité le musée Boudin à Honfleur, j'y étais quasiment seule...

Le Goût a dégusté son café tranquillement, sûr de son coupe-file.
Sauf que le coupe-file marche pour deux personnes et que nous étions trois.
Nous avons argumenté, "si nous attendions notre amie à l'intérieur du Musée, de toute façon, nous prenions la place de deux personnes", il fallait bien compter deux heures de queue.

Rien à faire, jugulaire, jugulaire, c'est la procédure, c'est la crise, il faut s'habiter à faire la queue.
On ne sait jamais, on pourrait revenir aux tickets de rationnement...

Alors, nous sommes partis au Bon Marché sous une pluie battante, le Bon Marché a un avantage, le café est bon, pas cher et la vue agréable, mais comme ce n'était pas notre journée, l'espace restauration était sous les gravats "pour mieux nous servir".

Dégoûtés par ce nouveau coup du sort, nous avons acheté un pot de haricots verts, pour notre dîner et vérifié, une fois de plus, que le sac Chanel sert d'éducation à certaines personnes, elles ne parlent pas encore zyva mais ça vient...Canal-d-Louvain.jpg

Repost 0
Published by heure-bleue
commenter cet article
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 09:30

La banlieue n'a pas que des inconvénients, il n'est pas toujours utile d'aller à Paris.

Hier, j'ai fait ma première expérience de MJC, sa salle de cinéma remplace, comme elle peut, notre cinéma qui fait peau neuve.
La mue semble difficile, les travaux n'ont pas commencé.

Au bout du conte où l'art d'arrivée trop tôt ou trop tard. Un petit chaperon rouge, qui se fait bouffer par le loup.
Loup incarné par Benjamin Biolay, qui devrait continuer dans le cinéma, où il excelle, plutôt que dans la chanson.

Un Bacri misanthrope, un air déprimé, les yeux qui tombent.
Il traîne sa mélancolie. Il faut dire qu'une voyante lui a annoncé sa mort pour le 14 mars de l'année et qu'il est obsédé par cette date.
Je vous rassure le film finit le 15 et Bacri est toujours vivant.

Agnès Jaoui filme Paris, le mien, le sien, le vôtre peut être.
Le film commence au Père Lachaise -j'ai même reconnu l'allée- et se promène dans le Marais.
Je me suis vue, comme à chaque fois que je revenais à Paris, regarder Notre Dame et dire à l'Homme :"C'est quand même beau Paris, hein ? " comme s'il ne le savait pas.

On nait Parisienne, on meurt Parisienne.
Même en exil...au-bout-du-conte-affiche.jpg

Repost 0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 10:00

Léontine, que je n'appelle jamais par son prénom, a fêté plusieurs fois ses quatre-vingt-huit printemps, avec des bulles, sans bulles, mais plus souvent avec...

Elle n'a ni bon pied, ni bon oeil même si ces derniers sont d'un très beau bleu et montrent que Léontine a été une très jolie femme.

Léontine a chu, dans son jardin, où elle prétend ne jamais mettre les pieds.
Oui Léontine a un petit jardin dans Paris, le rêve non ?

Elle s'en tire plutôt bien, un bras cassé, un poignet et une cote fêlée.
J'aime beaucoup Léontine qui va se retrouver dans un centre de rééducation dans une banlieue proche de la nôtre, elle aura de la visite.

Hier, c'est Merveille qui a choisi de venir jouer à la maison.
Elle a joué et mangé.
Elle a aussi chougné. Son grand père lui a donc remonté les bretelles assez vivement.
Il a du coup eu droit a des câlins et à des Monsieur Papy long comme le bras.

Je crois que cette petite, entourée de femmes, a un gros faible pour son grand-père.cabane

Repost 0
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 09:14

Hier, nous avions rendez-vous à Paris, pratiquement dans mon ancien quartier. C'est loin, nous partons de l'Ouest pour arriver à l'Est.

Nous sommes arrivés sans grand problème, papotages et radotages font partie des joies de la vie mais il a fallu rentrer à l'Ouest.

Et regagner l'Ouest n'a pas été facile, à peine sur le quai à Gambetta, nous apprenons qu'une avarie à la station Opéra nous laisse sur le quai, nous décidons donc de prendre le bus jusqu'à Saint lazare et de monter dans un train de banlieue bondé. Ils le sont tous.

Le premier bus s'arrête avant la gare Saint Lazare, le suivant accepte de suivre son trajet, rien à signaler sauf la pluie sur le trottoir gauche et le soleil sur celui de droite.

A Saint lazare, c'est toujours la même pagaille, les trains sont annoncés deux minutes avant le départ, c'est oublier un peu vite les femmes enceintes, les vieux,tous les handicapés de la vitesse.
Nous avons pris l'habitude de compter sur la chance, de monter dans un train qui devrait normalement nous amener à bon port et ça marche, jusqu'à présent.

C'est à l'arrivée que les choses ont commencé à devenir sérieuses, toutes les sorties étaient fermées sauf une toute petite, nous passions deux par deux, on aurait voulu nous compter ou nous rafler qu'on ne s'y serait pas pris autrement.

Devant la gare, la force publique bloque la rue, imaginez vous que deux camions bennes avaient eu la bonne idée de vouloir se reproduire, oui devant des voyageurs, l'un sur l'autre nos camions et évidemment, plus de bus.

Au final, pour faire dix minutes de train, nous avons passé plus de deux heures dans des transports très communs.
On dirait ceux de Londres.ile_marante_2.jpg

Repost 0