Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Heure-Bleue
  • Heure-Bleue
  • : Je ne suis qu'une trace, comme le sillage d'un parfum...
  • Contact

Recherche

Archives

7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 09:15

Sauf la Défense, plus exactement la Grande Arche de la Défense. Je ne suis pas allée à la Défense depuis l'époque lointaine où j'habitais la banlieue Ouest.
Je m'attendais donc à boire tranquillement un café au CNIT (il n'existe plus) et non pas à trouver un Monoprix et autres magasins dont je n'ai même pas regardé les enseignes.

L'Homme et moi avons traversé l'esplanade, un Casto Géant nous faisait de l'oeil, pas un gamin faisant du skate, juste des cadres causant anglais avec un accent français à couper au couteau.
Une tour EDF dépassant toutes les autres (je comprends maintenant où passent les augmentations...).

 

Nous étions là pour trouver des pointes à béton dans un magasin qui aurait pu servir de dortoir à tous les sans-abri d'Ile-de-France, tout à fait le genre de magasin qui me donne envie de prendre la fuite.

 

Heureusement, le soir, nous avons gardé la Merveille, Merveille que nous irons chercher en famille ce soir à l'école, elle va aujourd'hui assister à la tonte des moutons.
Un spectacle courant pour Eugénie.
Une découverte pour une Merveille citadine...

Repost 0
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 10:00

Depuis quelques jours, j'ai le moral dans les chaussettes, sans raison particulière, sauf les deux déménagements si rapprochés, le Goût passe ses journées au téléphone, rien n'est simple aujourd'hui, trois factures d'électricité par exemple et une erreur de relève, un Net pas net, une messagerie vocale qui a disparu et plusieurs jours pour connaître la nouvelle.

 Certains inconvénients communs à la banlieue et à la province: Il faut sans cesse chercher le magasin de bricolage le plus proche. Là, le plus proche est à la Défense, pas tout à fait le coin de la rue. Comme par ailleurs, je n'ai pas une passion pour les centres commerciaux...

 

 Dans ces cas là, je somatise, j'ai mal partout. Cette nuit, je ne pouvais pas dormir, j'avais trop chaud - il fait plus chaud ici qu'à Caen -, je ne me glisse pas dans des draps froids, le Goût aime la chaleur, j'aime le froid.

C'est aussi le mois du scanner mais mini néphro est malade et obtenir un rendez vous à l'hôpital, c'est un peu comme gagner au loto, les joueurs sont nombreux, les élus rares.

Ca va passer, ça passe toujours mais vivement le mois de mai...

Repost 0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 09:50

Hier, nous sommes partis en famille manger une pizza dans notre ville du 9.2, la Merveille sautant dans les flaques d'eau, trop mignonne avec ses petites bottes de pluie.

 

Ce matin, c'est l'Ours qui est venu apporter le journal de son père, JJF est malade. A qui le tour ? Sachant qu'il ne reste de valide que la Merveille et nous.

 

Mes pies continuent leur nid et le squatteur essaie toujours de les en déloger.

 

Balagan demande toujours à sortir et recule effrayée par le couloir, l'herbe est rare au 5ème étage...

Difficile de mettre de la gaîté sur les murs, c'est du béton ou du beurre, l'Homme a une idée, j'espère que son idée sera la bonne, je n'aime pas les murs nus.

Heureusement, je peux fleurir à mon gré.

premier bouquet 9 2

Repost 0
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 10:16

J'aime beaucoup Rossini et j'aime observer le couple de pies qui vient de squatter l'arbre que je vois lorsque je suis assise devant mon ordinateur.

 

 Hier, elles ont failli se faire déloger par un oiseau tout noir, une petite corneille ? Je ne sais pas, je ne suis pas très douée pour reconnaitre les oiseaux.

 Ce matin, mes deux pies s'activent, la pluie ne les gêne pas.

J'aurais pu vous parler de mes pieds qui ressemblent de plus en plus à des pieds de chinoise, celles qui ont eu les pieds bandés, mais je crains d'avoir des commentaires du style "Rien ne va jamais chez vous, vous passez votre temps à vous plaindre, pfff...

J'espère que ça ne gêne personne, que l'oiseau squatteur soit noir...

Repost 0
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 09:18

Hier, je suis allée à Paris, pour le plaisir, pas de rendez vous pour l'Homme, pas d'obligation de reprendre le train pour Caen, juste une flânerie pour reprendre contact avec ma ville.

 

 Eh bien, ma ville sent la débine. Même le Marais dont les rues sont sales, le passant pressé et les magasins vides. Huit mois d'absence et je ne reconnais plus Paris, peut-être qu'avant je ne faisais pas attention, peut être que je ne voyais pas la saleté.

 

La Rue des Archives n'est plus la rue la plus gay de Paris, les rabbins refont surface et les boutiques fermées sont nombreuses.
Je ne parle pas de celles qui ont déja changé d'enseigne...

Heureusement, le sous-sol du BHV tient toujours ses promesses, l'Homme va pouvoir me mettre de la gaîté sur mes murs. A lui, le foret et la perceuse !
C'est l'inconvénient du neuf, enfoncer un clou dans un mur, c'est faire un cratère monstrueux ou tordre le clou selon que l'on essaie dans le carton enduit de plâtre ou dans le béton...

Repost 0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 09:45

Deux déménagements en moins d'un an vous laissent sur le flanc et l'imagination en berne.

 Mes lieux d'aisance ne sont pas roses comme ceux de Mab, ils sont remplis de livres.
Deux sont en hébreu, un de recettes de cuisine, je n'arrive déjà pas à déchiffrer le nom de la recette alors la faire...
Un autre sur le café, je sais encore lire "café" mais çà s'arrête là.
Mais, ce matin, j'étais en train de relire "le sac à main" et j'ai pensé au mien, celui que je traîne depuis quelques mois, un cabas noir avec des bandes, pas celui de V.B, celui là, "je l'aurai un jour... Je l'aurai...", non, un cabas offert par JJF et qui vient de son ancienne boîte, vous savez la boîte qui vend des robes qu'il ne faut ni laver, ni nettoyer, la robe d'un jour, enfin je suppose.

 Ce cabas est lourd, même lorsqu'il est vide. J'y promène toujours un livre, mes clefs -que je ne retrouve jamais-, parfois un portable -je l'oublie souvent-, deux tubes de rouge à lèvres, un sac Monoprix, un petit porte monnaie rouge, offert par l'Ours, j'y tiens comme à la prunelle de mes yeux, une paire de gants, été comme hiver; Lorsque je change de sac, je remets machinalement la paire de gants.

Et le soir, au moment d'aller me coucher, je l'emporte avec moi, j'ai l'impression que je fais ça depuis toujours.

Finalement, les toilettes sont une source d'inspiration..

Repost 0
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 09:39

Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient atteints...

L'Ours a commencé mais comme il a toujours mal quelque part, on n'a pas réagi.
Résultat, il a fini sous antibiotiques et cortisone.
Manou a déclaré forfait le lendemain.
JJf a continué seule, elle assure même le service d'étage pour le Goût, chaque matin, en revenant de conduire la Merveille à l'école, elle amène Libé à son joli papa.merveille soukHier après midi, j'ai joué avec la Merveille. C'était bien.
Sauf quand elle a réclamé sa chambre et la petite maison...
La Merveille est cachée...

Repost 0
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 09:30

On peut rire de tout mais pas avec n'importe qui disait Pierre Desproges...

 

 Qui m'aurait dit qu'un jour sur mon blog, je serais obligée d'expliquer que je ne suis pas raciste et que j'ai le droit d'être surprise de voir un mariage dans une banlieue lambda du 9.2 fêter plus une nationalité qu'une union ?

J'ai vécu trop longtemps dans le Marais pour être surprise, j'ai connu les premières "Gay Pride", à l'époque, elles commençaient Rue Beaubourg. Ma dentiste a même préféré m'emmener voir passer le dragon du Nouvel An chinois au lieu de soigner ma carie.

Il n'empêche que je ne suis pas d'accord avec le repli communautaire, je ne supporte pas que les juifs religieux du 19ème arrondissement veuillent faire fermer les commerces du coin pour Shabbat, ni que le vendeur de sandwich hallal ferme pour la prière du vendredi.

Ce genre de comportement fait plus pour la progression du FN que n'importe quel discours.

Et je campe sur mes positions, je regrette l'époque où, enfant, on pouvait jouer tous ensemble en ne connaissant même pas l'origine de son copain.
Bon pour les noirs, c'était un peu plus voyant...

Repost 0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 09:30

merdounier du japon

J'aurais pu choisir comme titre "la femme aux semelles de plomb". Juliette écrit que j'ai un blog léger, il faut savoir que l'humour est la politesse du désespoir, je  traîne du lourd, comme tout le monde.

J'arrive à le gérer, avons nous d'autre choix ?
J'aime mieux voir le verre à moitié plein que le verre à moitié vide.

 Je préfère écrire "Je peux voir la Merveille pratiquement chaque jour" que "Je n'aime pas la banlieue même proche de Paris".

 Je préfère "Je profite de la lumière" plutôt que "j'habite au 5ème étage, avec ascenseur, et comme je suis claustrophe, cet ascenseur me donne des sueurs froides".

 Le seul truc que je n'arrive pas à gérer seule, c'est le scanner annuel de l'Homme mais là encore, j'ai la chance d'avoir une famille et nous nous réchauffons le coeur à plusieurs.

Aujourd'hui, c'est encore le printemps alors que, depuis dimanche, on nous annonce de la pluie, j'en profite pour mettre à jour ma carte vitale, m'inscrire sur les listes électorales, des trucs utiles.

La semaine prochaine, à moi Paris, pour profiter des Musées, des cafés en terrasse, j'aurai peut être même le temps de lire...

Repost 0
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 09:30

J'ai quitté Paris le 16 juillet, pour de longues vacances, même si ce n'était pas le but, et je suis revenue dans le 9.2 -Paris est inacessible- le 16 mars.

 

En Normandie, j'avais été étonnée du nombre de Normandes voilées et de la montée des idées d'extrême droite, le tout sans complexe.

 

J'arrive dans le 9.2, ce n'est pas Neuilly et ce n'est pas une ville ghetto.
On trouve ce mélange typiquement parisien à 7 kilomètres de Paris, une mixité sociale qui me manquait cruellement dans mon exil; Pourtant les choses ont changé, le repli communautaire a frappé ici aussi.
Samedi, j'entends klaxonner, un mariage, pour l'instant rien d'anormal sauf que j'ai toujours trouvé imbécile de klaxonner pour signaler à la foule qu'on est en train de faire une ânerie, 50% des mariages finissant par un divorce...

 

 Ce qui me choque dans ce mariage, ce sont les drapeaux algériens qui sortent des voitures, de toutes les voitures, attention pas d'amalgames simplistes, j'aurais tout autant été choquée par la vue de drapeaux israéliens sortant des mêmes voitures.

La France est, ou plutôt était, une terre d'accueil, je suis allée en classe avec des espagnoles, des portugaises, des polonaises, des "arabes", chrétiennes ou non, je n'ai jamais assisté à ce genre de manifestations, on pratiquait ou pas dans son coin.
J'ai toujours entendu "A Rome fait comme les romains": pas de signe distinctif d'appartenance religieuse, philosophique ou politique. Point.

Pourquoi cette dérive ?

Repost 0
Published by heure-bleue
commenter cet article