Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Heure-Bleue
  • Heure-Bleue
  • : Je ne suis qu'une trace, comme le sillage d'un parfum...
  • Contact

Recherche

Archives

13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 09:16

Printemps.jpg
Hier, j'avais rendez vous avec une blogueuse à Paris sauf que je n'avais pas de train.
Enfin j'exagère, j'avais un train toutes les heures...

En plus, cette cochonnerie de virus appelé "symptôme grippal" par mon médecin, lançait une nouvelle offensive.
Un petit 38°8 le soir et une petite forme le matin.

Je traîne cette  cochonnerie depuis la dernière visite de la Tornade.
Le Goût, par solidarité, tousse aussi mais il jubile, pour l'instant, il échappe au néphrotest.
La crève et les mesures ne font pas bon ménage.

Ce matin, je n'entends toujours pas les trains mais ne vous méprenez pas, je soutiens cette grève  et j'en espère même d'autres.
Ça fait trop longtemps qu'on se laisse tondre la laine sur le dos !

Je me souviens des grèves de mon enfance.
Le métro ? C'était grilles fermées.
L'électricité ? Coupée .
Même la nuit tombée.
L'usager ne se sentait pas "pris en otage", il faisait avec et il profitait  des avancées sociales obtenues.

Ce que je trouve le plus drôle, c'est que le Français se réveille avec un Président "socialiste" qui ne satisfait que 15% des Français.
Un record du genre mais qui ne profite pas à l'UMP qui chute.
Les maisons cachées de certaines, les comptes cachés de certains.
Les poches pleines de quelques uns et les poches vides de la  majorité ne nous poussent guère à apprécier la politique...

Repost 0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 08:44

Ballon_foot.jpg

On a commencé par les Jeux Olympiques d'hiver puis des machins genre "coupe de la Ligue", Roland Garros où Nadal a gagné et maintenant on nous casse les pieds avec un ballon !!!

Pendant que les Brésiliens crèvent de faim, on construit des stades et des hôtels pour que quelques pékins gagnent des sommes astronomiques à courir après un ballon.

L'autre jour, je passais devant l'hôtel Concorde à Saint Lazare, j'y vois un embouteillage de voitures de luxe.
C'était pour le rugby, sport qui n'avait guère été touché par la corruption mais apparemment ça vient.

Après le ballon, on va avoir le vélo et les cris des commentateurs qui passeront par les fenêtres ouvertes.

Les Romains disaient déjà "Panem et circenses", "qu'on leur donne du pain et des jeux".
Au prix où sont payés les joueurs, on aura bientôt plus que les jeux...

Repost 0
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 09:38

le squatteur
A dire vrai, je ne savais même pas que ce lundi était un jour férié.
Depuis que je ne travaille plus, je ne fais plus attention au calendrier.
D'ailleurs, pourquoi faire attention au calendrier ?
A part quelques petits commerçants, tout est ouvert.

Elles sont loin les trente glorieuses...
Lorsqu'on a la "chance" d'être salarié ces temps ci, on zappe les jours de congés.
JJF, à peine remise d'une crise d'asthme qui l'a conduite à l'hôpital, a travaillé hier et travaillera jusqu'à pas d'heure tout le mois de juin.
Pour le même salaire...

Hier, il pleuvait comme il pleut encore aujourd'hui, il fait lourd.
J'hésite à aller voir "Paris 1900".
Il serait plus judicieux de remplir le réfrigérateur entre deux averses.

J'ai remplacé le bruit des voitures par celui des tondeuses.
La maison voisine, achetée au promoteur de notre immeuble par une salariée de l'agence qui nous a loué notre appartement, n'a même pas le temps de voir l'herbe devenir grasse.
Sa pelouse est tondue toutes les semaines par une entreprise qui tond le même jour notre minuscule jardin.
Je ne peux m'empêcher de penser que si nos charges sont si lourdes, ce n'est pas par hasard.
Nous aussi, nous sommes tondus...

Repost 0
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 09:33

cadenas-du-Pont-des-arts.jpg
Hier il faisait très chaud, les fenêtres étaient ouvertes.
Il n'y avait pas un souffle de vent.
Les voilages, légers, ne bougeaient pas.

Le chat du voisin avait passé la journée chez nous.
D'approche en approche, il a fini par s'installer sur mon lit.
Il m'arrive même de le croiser la nuit.
Il fait chaud comme en plein été.
Le bébé d'à côté pleure alors le chat choisit le calme.

J'étais en train de lire lorsque l'orage est arrivé.
Violent l'orage. La grêle a haché les feuilles des arbres mais, dans notre coin, les toitures ont eu l'air de résister.

Ce matin, il fait toujours lourd, l'orage reviendra dans la journée.

Une grille de la passerelle des Arts s'est détachée, les cadenas y sont pour quelque chose.
Mais quel symbole ! Un cadenas pour affirmer son amour !
C'est le genre de symbole qui me fait prendre la fuite...

Repost 0
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 09:57

Aquarelle-3-Carl-Larssen.jpgAquarelle-2-Carl-Larsson.jpgAquarelle-1-Carl-larsson.jpg
Pas la Reine, qui m'empêche de me rendre dans mes quartiers préférés, mais l'exposition Carl Larsson.
C'était mignon. J'avais gardé un souvenir assez précis de "Ma maison".
Ce côté conte de fées, ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants, fête de Noël, pêche à l'écrevisse, punition.
Une famille parfaite...

Il ne fallait pas oublier que Carl Larsson était suédois et qu'un pays où il fait nuit six mois par an ne rend pas forcèment gai.
Le caractère de Carl, voila que je suis familière, le portait à la mélancolie.
C'est pour ça qu'il peignait le bonheur.
Pour y croire...

Ensuite, en cherchant le café, je suis tombée sur Courbet, deux jeunes femmes enlacées, une toile superbe, qui parle de sommeil.
Avec mon mauvais esprit, j'ai tout de suite pensé qu'elles reprenaient des forces.
L'amour entre femmes a toujours été un sujet qui plaît aux hommes...

J'ai trouvé le café, il faisait beau, il faisait trop chaud, les quelques tables étaient prises d'assaut, alors j'ai eu l'idée saugrenue d'aller place des Ternes à pied.

Je n'aime pas la chaleur et il faisait chaud à Paris.
La plus belle avenue du monde est laide et vulgaire.
Je voulais un café frappé mais dans un endroit agréable, pas dans un endroit où les touristes se font photographier avec les vendeurs de chez S..., les pauvres, faisant un show misérable pour attirer la clientèle.

Nous avons fini la soirée chez l'Ours, sur la terrasse.
Il faisait toujours chaud, les petites étaient belles, Merveille collait son grand père, Manou remplissait le verre du Goût.
Il avait soif.
Il a bu.
Oserais-je écrire un peu trop ?

 



Repost 0
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 08:48

silence.png
Avez vous remarqué que le silence devient une denrée rare ?

Vous prenez le train, vous êtes à peine installé qu'une voix métallique vous annonce : "Ce train desservira toutes les gares de... à..." et, à chaque station, on entend la même voix métallique.
On nous prévient même que nous sommes à Saint lazare, que "tous les voyageurs sont invités à descendre", à surveiller ses bagages et ceux des autres, et de "ne rien oublier dans le train".
La voix devrait ajouter que "les cochons qui jettent leurs bouteilles de coca ont des corbeilles à leur dispostion"...

Vous prenez le métro ? Il cause aussi.
Il nous annonce que "la station est en courbe", on s'en moque, on ne conduit pas.
Qu'il faut "faire attention à la marche en descendant".
Parfois, sa bande n'est pas fiable et annonce "République" alors que vous êtes à "Arts et Métiers"...

Le bus ne vous permet plus de lire, même combat que dans le métro. Plus les états d'âme du chauffeur.

Vous marchez tranquillement dans la rue ?
Vous sursautez brusquement ! Un rap violent vient vous écorcher les oreilles.
C'est juste un camion qui vient de passer à côté de vous, vitres ouvertes.
Et je ne parle pas des portables.
Ni des casques, qui vont rendre sourds leurs possesseurs, que vous entendez à dix pas et vous obligent à subir une musique que vous n'aimez pas.

Finalement, vous en arrivez à payer un prix exorbitant pour un petit appartement qui donne sur de la verdure.
B
on, vous entendez parfois les gens discuter dans les jardins mais ça reste dans les limites du raisonnable.

J'en arrive à comprendre ceux qui paient très cher le droit de passer une semaine dans un couvent pour profiter de la chose la plus difficile à obtenir : Le silence...

Repost 0
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 09:27

hollande-reine-.jpgCarl_Larsson_The_Bridge_1912.jpg
Hier, nous étions partis voir une exposition au Petit Palais.
Hélas ! Trois fois hélas, la Reine d'Angleterre était dans les parages et le périmètre de sécurité prévu si important que notre périple s'est arrêté à Péreire...

Faute de merles, on mange des grives...
Nous avons donc choisi la promenade.
Vaguement nostalgique pour moi la promenade. Quoique... Je passe si souvent dans ce quartier que j'ai l'impression d'y vivre.

Nous étions rue de Lévis, installés en terrasse et je regarde le Goût.
Il a l'oeil qui "frise".
Sur l'instant, je pense qu'il vient de voir une jeune femme bien de sa personne.
Je regarde mieux l'homme de ma vie.
Il a sa tête de petit garçon, sa tête de "j'ai envie de faire une ânerie."

Et je vois passer un homme en fauteuil roulant.
Un fauteuil de luxe, super, rouge vif et rapide.
Là le Goût me dit : " Wouhh ! Super, le fauteuil ! On peut faire la course avec".

Il est déjà  rapiécé de partout, mon Goût, et il se voit gamin de douze ans, sans jambes, en train de faire la course rue de Lévis.
Il faut dire, à sa décharge, que la rue est en pente...


Repost 0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 09:28

livres poétiques

Je ne parle pas de ceux qui vous demandent vos coordonnées bancaires sous des pretextes futiles.
Ni de ceux qui veulent connaître vos mots de passe, votre adresse et votre numéro de téléphone et presque une copie de vos clefs...

Non, je parle de l'escroquerie banale, de l'achat sur le Web dont les frais de port sont plus onéreux que le produit acheté.

Hier, le Goût râlait après sa casserole.
Elle attache, du mourgounement à l'action il n'y a qu'un pas.
Pas que le Goût franchit en commandant une casserole sur le Net.
Pour tester, il paie, et là bingo !
Les frais de port sont de 17€ et sa casserole à 16 €, d'ordinaire devient un produit de luxe.

Il peste et espère avoir réussi a annuler la transaction.
Je vois bien le débit apparaître demain et la casserole jamais...
Il faut dire que j'ai eu mon lot de mauvaises surprises, sur le Net et dans la vie.

Repost 0
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 10:26

pin-up-byebye-jpg
Ce matin, j'essaie de me connecter, rien, pas de téléphone, pas de télé.
Je n'ai pas vérifié les portables car il faut sortir.
Oui les portables ne passent dans notre immeuble.
D'ailleurs notre immeuble vient déjà d'être vendu.
Nous sommes passés d'une compagnie d'assurance à un requin de l'immobilier...

J'aime beaucoup notre coin mais j'aime de moins en moins leur façon de nous manipuler. D'ailleurs, on déménage beaucoup dans notre immeuble, c'est mauvais signe.

Comme il nous est impossible de déménager, nous faisons avec les côtés positifs, le calme, la verdure, la possibité d'acheter le nécessaire à cinq minutes de chez nous.
Nous attendrons et nous passerons un jour de l'autre côté de la passerelle pour éviter au Goût de mourir essoufflé...

Je m'aperçois que j'ai toujours fait de mauvais choix pour me loger.
Trop grand, trop petit, trop cher, trop bruyant, étrangement conçu.
Il nous reste toujours une vague nostalgie de la rue Rambuteau.
Notre jeunesse sans doute...

J'espère que le Net va bien vouloir nous rendre ces services qui nous semblent si indispensables et dont finalement nous nous passons fort bien...

Repost 0
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 08:59

Le-sultan-de-Brunei.jpg
Nous avons vendu nos palaces parisiens à des investisseurs étrangers.
Du moment qu'ils avaient l'oseille, on n'a pas été trop regardant...
Donc, l'Hôtel Meurice et le Plazza Athénée appartiennent désormais au Sultan de Bruneï.

Un brave homme ce sultan, du goût pour le chamarré et des dollars pleins les poches.
Il a juste décidé  d'établir la charia dans son pays.

Demandez le programme !
Amputation pour les voleurs.
Flagellation pour les consommateurs d'alcool ainsi que pour les femmes qui se font avorter.
Lapidation pour le criminel, l'adultère et l'apostat.

Comme il n'a pas acheté que nos deux malheureux palaces, il est aussi propriétaire de palaces dans le monde.
Les habitués des lieux, peu branchés charia, ont décidé de boycotter ces endroits.

La prochaine "Fashion Week" de Londres se tiendra ailleurs.
Le groupe des hôtels Dorchester sera mis de côté.
C'est plutôt moral comme histoire, non ?

Eh bien figurez-vous que l'hôtel Meurice fait du chantage à l'emploi !
Que vont devenir les employés ?
Je signale que c'est rare de voir le président d'un groupe hôtelier se préoccuper des employés.
D'habitude, ils se préoccupent de leurs marges, de leur résultat net et se foutent des employés.
En France, lorsque un palace ferme pour rénovation, le personnel est mis au chômage et les trésors vendus aux enchères.
Et sans états d'âme...
 


J'ai une autre histoire sur le propriétaire du Printemps, tout aussi scandaleuse.
Je la garde pour une prochaine fois...

 


Repost 0